IDES OF GEMINI - Constantinople
2012 · Neurot

Détails

Rocky Turquoise
le 01 juillet 2014 (804 lectures)

   Post hardcore Psyché Atmospheric doom

La musique de hippies, je veux croire que l'on ait dans notre microcosme dgalvaud le concept, et que ds lors que l'on le brandit le terme, il frappe l'esprit par vautours couronns d'pines et repus des restes humains d'un Woodstock qui aurait dgnr en suicide collectif. Que l'on ait chacun dans nos coins nos inavouables favoris fleurs n'y change rien, chez Slow End l'odeur du hippie porte en tendard c'est pas celle de la sueur, mais bien de la mort aux trousses, incarne par la peste des riffs au Magicien lectrique, Nmsis depuis son rveil ancestral. Mais quant Ides of Gemini, alors, withered-flower-power ? Oh oui. Et vous sentirez bien le ct poison dans la langueur du trio de naturo-satanistes, qui vous brandit la flemme et l'amour du bouc comme rarranger le panier de son chat Grande Crature du Diable. Et quand on se rend compte que derrire les lamentations extatiques de leur mtre soixante d'amour en cheftaine, y'a ce grsillement dans les guitares qui hsite entre le metal noir film en 960 images/secondes et le post-hardcore non pas post-apo mais ant-indus, on oublie toutes ses questions sur les nouveaux ordres religieux et on assume dfinitivement sa tapisserie d'intrieur coquette pois persan et amthyste.

Constantinople en trois mots : indolent, chimrique, dsirable


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs