Derelictus
le 09 mai 2014 (955 lectures)

   Hard "70s Blues rock Folk

a a commenc ainsi, par une journe pluvieuse, on imagine, de septembre 1968 Londres, o quatre musiciens, qui, chacun de leurs cts avaient roul plus ou moins bien leur bosse, firent leur toute premire rptition ensemble et qui, au bout de cinq minutes, se rendirent compte qu'ils taient faits pour jouer ensemble. Aprs une tourne en Scandinavie rapidement faite et un changement de nom de groupe, s'ensuivit ds octobre l'enregistrement de ce premier album en peine trente six heures, mixage compris. a c'est pour l'histoire, le reste fait dsormais partie de la lgende du rock, de celui qu'on adulait il y a plus de quarante ans et qui fait toujours autant vibrer.

En neuf titres, Led Zeppelin dvoile ici un panel dj assez tendu de ce qu'il dveloppera par la suite durant sa carrire ponctue de classiques. Evidemment, la jeunesse aidant et vu le peu de temps laiss devant soi, le propos reste assez ancr dans son poque, ou tout du moins dans cette tradition de blues revisit par ces anglais durant les annes soixante. C'est ainsi que l'on retrouve ici deux standards de Willie Dixon avec "You Shook Me", premire d'une longue srie de chanson grivoise, et "I Can't Quit You Baby", mais dans des versions sur-vitamines et bien plus lectrises, qui faisaient dj toute la diffrence. En mme temps, avec un guitariste hors pair et aguerri comme Jimmy Page, un chanteur plein de fougue et un batteur martelant ses futs comme jamais, il ne pouvait en tre autrement.

Surtout, le quatuor se distinguait galement par sa capacit rarranger, - certains parleront mme de pillage -, sa sauce des titres dj connus. Outre les titres cits, le plus bel exemple n'est autre que "Babe I'm Gonna Leave You", titre de folk popularis par Joan Baez, boost par ce poignant et furieux chorus o la guitare lectrique fait son apparition, lui donnant un aspect un peu plus lourd et sauvage. Cet attachement au folk sera plus consquent par la suite, et se retrouve aussi sur "Your Time Is Gonna Come", o le gnial et msestim John Paul Jones s'illustre galement aux claviers et montre dj qu'il tait l'homme de l'ombre responsable de nombreux arrangements. L'instrumental "Black Mountain Side" imprime dj l'ouverture du quatuor vers d'autres horizons musicaux, nous amenant ici vers cet orient qui sera visit tant de fois ultrieurement.

Evidemment, c'est dans cette fureur, pour l'poque bien entendu, que l'on retiendra l'impact de ce premier album. Jimmy Page avait pour intention d'avoir son propre groupe pour faire le plus de boucan possible, il faut avouer que son pari est russi. Russi car formidablement entour, notamment avec cette cellule rythmique incroyable, et un classique enjleur comme "Good Times Bad Times" rempli son contrat, mme si dans une formulation encore classique. Qu' cela ne tienne, le plus vindicatif "Communication Breakdown" allait rapidement mettre son monde d'accord avec son riff enttant. Et c'est encore plus probant quand le quatuor alourdit quelque peu son propos, comme c'est le cas sur l'entranant "How Many More Times" et, surtout, sur le dantesque "Dazed And Confused", pincle de cet album, dont le riff trainant n'en finit pas de me hanter depuis une bonne vingtaine d'annes.

Oui, ce premier album, c'est dj tout a et a russit ce tour de force de ne pas prendre une ride depuis quarante cinq ans dj. Ce Led Zeppelin I c'est l'essence du rock, c'est la quintessence de la jeunesse grave sur sillons, a sent bon la prise live et a fait dj basculer ce courant vers d'autres horizons. a a commenc comme a, tout simplement.

Led Zeppelin I en trois mots : sminal, juvnile, indmodable


Facebook 

Chargement...