SAINT VITUS - Hallow’s Victim
1985 · SST

Détails

Derelictus
le 27 avril 2014 (970 lectures)

   Traditional doom

On prend les mêmes et on recommence ? Oui et non, serait-on tenté de dire à l’écoute de ce deuxième album de Saint Vitus, tout juste sorti une année après l’éponyme. Hallow’s Victim reprend bien évidemment bon nombre des éléments du premier album, avec ces riffs simples mais ô combien efficaces, cette atmosphère pesante et qui suinte un brin la lose, et ce côté qui sonne déjà passéiste et qui fait évidemment tout le charme de cette réalisation. Bref, je ne vais pas vous faire un dessin c’est du doom traditionnel dans ce qu’il a de plus classique dans sa forme, ou presque.

Presque, parce que ce que l’on retiendra avant toute chose de cet album c’est son côté bien plus rentre dedans et véloce que son auguste prédécesseur. Il suffit d’écouter les brûlots que sont "War is our Destiny" et "White Stallions" pour s’en rendre compte, et encore plus le quasi punk/hardcore "Hallow’s Victim", qui n’aurait pas dénoté sur un album de Black Flag. Le quatuor ne s’oublie évidemment pas notamment sur l’étouffant "Prayer for the (M)asses" et sur l’excellent "Mystic Lady", bien plus plombés et posés, si je puis dire, par rapport au reste de l’ensemble, et sur lesquels Dave Chandler a laissé libre court à ses talents uniques de soliste, rassurez-vous il s’en donne à cœur joie sur l’entièreté de l’album. L’ombre de Black Sabbath est toujours aussi prégnante sur cet album, notamment sur un titre comme "Just Friends (Empty Love)", dont le riff principal est assez évocateur. Qu’à cela ne tienne l’ensemble, aussi surprenant soit-il, à l'aune de son prédécesseur et de son successeur, est de bonne facture, avec un Scott Reagers vraiment excellent.

Minoré car resté longtemps difficilement trouvable et coincé entre deux classiques, ce Hallow’s Victime constitue pourtant une bonne réalisation, certes pas à l’auteur d’autres œuvres du groupe, mais il a un petit charme supplémentaire, justement à cause de son côté plus vindicatif, et vaut donc par la même occasion le détour.

Hallow’s Victim en trois mots : véloce, compact, incisif


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs