SEPTIC FLESH - Mystic Places of Dawn
1994 · holy records

Détails

   Doom death Death metal

ta trois-centime : fais-toi plaisir. ǒaurait pu tre du grand-pre de Little Miss Sunshine, dtrompez-vous, c'est juste une devise qui me trotte dans la tte depuis quelques jours.

En 1994, peut-tre bien que Septic Flesh, eux, dfendaient leur trois-centime riff de tueur.
Mme s'ils avaient dj fait parler d'eux avec un insolent EP en 1991, Mystic Places of Dawn, l'album, est finalement arriv trs tard, d'une part sur la scne death metal qui en outre ne la menait pas large face la scne black qui prenait de l'ampleur (Pestilence et Nocturnus faisaient dj les marioles depuis un paquet d'annes, pour ne citer que ceux qui me viennent l'esprit), mais aussi sur la scne doom death (je vous laisse aller voir un peu vous mme la collection de classiques et autres objets cultes qui taient dj sorti cette poque) - quand bien mme on pouvait certainement pas trop parler d'une scne en ces temps reculs.
Sans prtention dplace, on peut du coup, avec le recul, tout de mme un minimum s'interroger sur ce qui fit que ce disque fut accueilli avec une chaleur toute familiale ? Surtout que quitte parler d'un style vritablement similaire, Tiamat, en face, organisaient des teufs aux goules autrement plus rjouissantes dans la poussire et l'alcool ?

Personnellement je me flanque assez de ces considrations historiques. Je n'ai jamais bross ce tableau qu'histoire d'afficher un minimum de respect envers les passions de mes anctres, et je laisse trs volontiers ceux qui prennent du plaisir dbattre du death metal ou de luf argumenter obscurantisme contre obscurantisme dans les commentaires. Enfin. Si jamais, quoi.

J'ai dj plac Tiamat pour l'ambiance gnrale : du reste, Mystic Places of Dawn est avant tout une infernale machine riffs.
Honntement, on et beau prfrer le virage de sophistique deathlicatesse (merci) qui leur jaillira du manche compter de l'album suivant (c'est pas mon cas, mme si je le trouve gnial aussi), difficile de s'garer avec autant d'allgresse bate qu'au dtour des cavernes de cavernes dans lesquelles on nous jette ici. Et merci pour la voix de minotaure en dcomposition absolument hideuse de Spiros (probablement l'un des pires -et donc l'une des meilleures- du death metal), qui vient autant nous rconforter qu'un gosse qui dcouvrirait un rat mort putrfi aprs avoir laiss maladroitement tomber sa sucette dans le caniveau, et merci ces acclrations piques comme une course la mort de ragondins dans une mare de boue de nous rappeler parfois qu'il faudrait tout de mme un jour srieusement penser discuter des similitudes pourtant flagrantes entre ce disque et diSEMBOWELMENT, et merci ces leads proprement inconcevables qui dfilent les unes aprs les autres avec une majest dynastique, de venir tous ensemble rappeler ma mmoire combien ce disque est juste ultimissime.

Mystic Places of Dawn en trois mots : mystique, zlateur, dvot


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs