PELICAN - City of Echoes
2007 · Hydrahead

Détails

librotsky
le 22 janvier 2014 (762 lectures)

   Stoner Post hardcore

Le Plican est un oiseau migrateur, il m'a donc finalement quitt, le feu bien au fond de la gorge comme ils disaient et je ne l'ai pas suivi l'poque, d'ennui... (The Fire In Our Throats Will Beckon The Thaw 2005)
Je suis donc rest l, sans rien attendre sauf qu'il rapparu deux ans plus tard, content nous a t il sembl de retrouver terre et ocan.
Il tait parti loin et j'imagine que de revenir ses origines ne peut se faire sans douceur, sinon quoi bon ? Pourtant j'espre...Il arrive...

Le vol se fait plus lourd et dominant qu' son dpart, il parait plus sur de lui, il a prit de la technique aussi, son retour est humble et assum... en douceur... Sans (bonne) surprise. Plus "cultiv" sans doute ? intellectualis...aseptis n'ait jamais loin, dommage, il est le bienvenu quand mme.

Et puis c'est qu'il vieillit l'oiseau et aprs une crise d'adolescence on a vu pire, il s'en amuse d'ailleurs de nous voir le regarder arriver, il fait le beau, s'accapare les airs, rasant la mer, frlant les visages... Frmissement dans lassistance se htant de l'couter conter.

Il a vieillit trop vite peut tre quand on y rflchit, l'assistance tombe de sommeil l'couter raconter ses aventures, on y peroit de l'envie, une vitesse dexcution qui fait plaisir entendre, il est entrainant et lumineux parfois, sans rien ou si peu d'atmosphrique.
L'envie de partager ses aventures est indniable faut il encore qu'il apprenne finir ses histoires.

Bien trop propre sur lui cet oiseau, c'est louche mais je veux bien le suivre cette fois, de loin.

City of Echoes en trois mots : voler, rever, dormir


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs