Nirguna
le 02 juin 2004 (1256 lectures)

   Traditional doom Doom death

Etant d'humeur passablement hrtique aujourd'hui, je me lance sauvagement dans la chronique de ce premier album de Cathedral. La chose mon sens la plus remarquable dire de ce disque, c'est qu'on serait bien emprunt pour dterminer son allgeance entre le courant "death" mergeant et le courant "revival 70's/heavy doom" renaissant... On a en effet d'une part cette forme d'apathie caractristique des premiers albums de doom/death, qui se traduit par des riffs dnus de toute efficacit, une voix qui redonne par sa monotonie tout son sens la notion de "rle", et quelques acclrations bien lourdingues et capilaires. Mais d'autre part, il y a ces quelques riffs et solos de Gaz, tout droits sorti d'on ne sait quel pattes-d'ph' ou chemises flashy, qui nous renvoie directement Black Sabbath. Bref, un album vritablement la croise des chemins entre les deux styles, on ne s'tonnera donc pas qu'il fasse office de rfrence pour pratiquement tous les groupes de doom postrieurs (je serais tent de dire "de metal extrme", mais j'ai une trop ferme croyance en l'obscurantisme de certains)...

Enfin album culte, album culte... Je le dis comme a, hein, pas qu'on m'ait demand mon avis... Mais qu'est-ce qu'il est emmerdant cet album ! Alors oui, c'est lent et lourd comme peu d'autres disques, mais entre la voix de Lee carrment merdique et agaante et le son trs logiquement dat (attention, c'est pas Thergothon non plus !), le disque a beaucoup de peine maintenir l'auditeur en extase. A titre personnel, je noterais toutefois que le triptyque "Serpent Eve/Soul sacrifice/A funeral request" engendre contre toute attente (?) une fugitive envie de dfonce et de pirouettes chevelues. "Reaching happiness, touching pain" exerce galement une certaine fascination sur ma personne, mais c'est aussi ma fibre pro-conformiste qui agit conjointement ma bonne volont face aux monuments artistiques (sic).

Bref, la note "classique" s'impose mon esprit, mais dites-vous bien qu'au-del de cet aspect, ce disque n'est pas plus que "bon". Hrtique, je vous disais.

Forest of equilibrium en trois mots : syncrtique, ennuyeux, culte


Facebook 

Chargement...