gulo gulo
le 25 novembre 2013 (963 lectures)

   Industriel Death metal Psytrance

Bien. Là, Esoteric peut s'emmurer définitivement dans son terrier avec les patates et les paquets de sucre, Inverloch faire une croix sur ses éventuels avortons de projets de captation de l'héritage de Disemb', et quant à eux Blut aus Nord ont drôlement des cheveux à se faire, s'ils croient pouvoir à nouveau violer le tissu de l'univers. L'univers a un nouveau maquereau.
Décrire les visions qu'éveille le présent disque est absurderie et perte de temps, quand il suffit de s'attraper un roman Warhammer 40,000 et d'y trouver un passage où le Warp s'incruste dans les coursives à la faveur d'une quelconque brèche dans un champ de Geller. Omen Ex Simulacra file tout bonnement la nausée tant il tangue et patauge en permanence, transformant la sensation de réalité en estomac foudroyé par la gastro-entérite, et pourtant il change dans le même temps infailliblement votre nuque en onctueuse sauce blanche : Omen Ex Simulacra est à la fois un disque de death metal dans la pleine mesure orgasmique de l'expérience, et une mutation hideuse du style, le genre encore plus abominable à contempler une fois qu'on a remarqué les quelques reliefs de ce qui était, flottant éperdus au milieu des gros bouillons du torrent de sucs et d'enzymes gloutons obèses, tournoyant avec la détresse de la dernière noix de beurre dans la poêle changée en patinoire torride. Ævangelist fait ici des parois d'un organe digestif inconnu de la science un dantesque paysage de papules, fistules, bronchioles, alvéoles, de dimensions épiques pour une sanglante guerre de mêmes proportions, ce qui est somme toute la définition du death metal le plus pur, et l'emmène un peu plus loin justement, dans la pureté toxique de l'expérience, vers les contrées merveilleuses et incertaines de la révélation par la voie sensorielle, du genre de celles qui font de vous le matériau alchimique. Vous savez si vous aimez ça ou pas...
Mais honnêtement, se faire piétiner par un troupeau de bio-blindés en furie et n'éprouver que sensations de délassement complet et de profonde harmonisation, ainsi que par l'effet d'une séance de massage rituel ou de hammam... si ce n'est pas du voyage de premier ordre, je ne sais pas ce qui en est !

Omen Ex Simulacra en trois mots : essorant, étourdissant, éblouissant


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs