11PARANOIAS - Superunnatural
2013 · Ritual

Détails

EyeLovya
le 03 juillet 2013 (964 lectures)

   Doom death Drone doom Psyché

De lourdes perles de sueur qui s'écrasent et s'ébouillantent sur des instruments brulants, dégoulinant des visages tendus vers le bas plafond, bouche grande ouverte en quête d'oxygène ; nos bien connus protagonistes sont ici trois vieux forgerons en pleine expérience d'anoxie cérébrale : on aura pris soin de bien obstruer les fenêtres avec de la toile épaisse et de la chaux, les fours sont poussés au delà de leurs limites, et la moindre particule de ces immenses fumées noires de métaux lourds est aspirée au fond des alvéoles, belle barrière goudronnée à l'alimentation du sang artériel toujours plus sombre et gluant. Les fantasmes se forment alors dans l'atmosphère rougeoyante, sur un fond d'acouphènes basse-fréquences à faire trembler la chaume, les riffs se dessinent au dessus des fournaises et retombent en boulets bien solides à trainer comme la mort derrière soi. De doom, on est assurément à un autre niveau que Ramesses bien qu'on s'attriste à se détacher de la comparaison : ici c'est un travail de survie au psychédélisme toxique, trop extrême, les guitares raclent et retapissent les sols et gémissent dédoublées ailleurs dans les volutes comme autant de peine refoulée depuis des lustres par ce sérieux candidat qu'est Mike Vest. Le pauvre Adam suit comme il peut, l'architecture du disque est en cela bien gérée, puisque s'il s'évertue encore à décuver au chant sur le premier titre, l'affaire est vite pliée et les râles, couinements et murmures en seront la suite logique. Écoutez un peu cette anti-verve baveuse qui se termine en invocations désespérées de loup blessé sur Ossuaries, merde, je crois que c'est l'élément qui aura définitivement évincé le simple « excellent ». Ou encore cette galère magnifique à garder un ton à peu près clair pour prononcer le moindre mot de Reapers ruin ... Les petits monstres derrière la pochette, plutôt mignons, ce sont les copains dans la tête de Adam à ce moment là -moyennement rassurants en fait dans ce mini-royaume d'oppression pure- juste avant de s'évanouir mollement contre l'enclume ; Mark, lui, continuera lui son balancement imperturbable, assis à même la terre à agiter les bras, complètement débilisé; et Mike, serein, de nous balancer un petit solo groovy pépère.

Superunnatural en trois mots : enfum, rvuls, toxique


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
Excellent
Excellent