EyeLovya
le 12 janvier 2013 (811 lectures)

   Traditional doom Funeral doom

Le slowcore, je l'ai toujours défendu, c'est souvent beaucoup plus doom que le doom. Étonnant donc de ne voir les deux styles associés qu'en cette fin d'année 2012, ENFIN, aurais-je été tenté de dire. Il aura fallu le temps, mais nous voici donc avec ce Longing (qui, soit dit en passant, aurait très bien pu voir son -ing final amputé) ne se faisant pas attendre pour gâcher en grande partie, tant qu'à faire, une recette plus qu'intéressante en versant dans le larmoiement abusif et interminable. Ce n'est pas une grande surprise non plus pour peu qu'on se soit intéressé à la démo sortie une année plus tôt : déjà on usait du riffing pataud et pseudo-épique au chant éploré la gorge emplie des souvenirs des drames personnels, et d'ailleurs on retrouve deux titres déjà connus sur les cinq vrais de l'album. L'effet de surprise à l'époque avait joué en sa faveur, aujourd'hui sur plus d'une heure de basses pleines de pathos, l'intérêt s'estompe quelque peu. En fait, déjà connu, ça s'applique aussi aux autres morceaux sans problème puisque les descentes d'accords se ressemblent méchamment, que le chanteur évolue dans le grunt et le hurlement déchiré «pour le principe» ou bien dans le grégorien moderne super affecté, ça sent le gros molosse joufflu blessé en profondeur par un chagrin d'amour travaillé au corps sévèrement pour en traire les moindres gouttes de désespoir qu'il inspire, à savoir pas énormément. Les deux gaillards s'acharnent et versent dans le Low-core sur des formats étirés jusqu'à la nausée, la bouille toute tristoune à réciter religieusement leurs litanies à l'instar du premier et déjà bien assez larmoyant Pantheist. L'exercice me plait fondamentalement mais peine à enthousiasmer au final, malgré le sentiment de « vécu » du truc, ça fait clairement trop à avaler. Retournons plutôt écouter l'original de Low, donc, Lullaby, voir un peu lequel respire le plus la veillée pré-funèbre de sa propre fin.

Longing en trois mots : mollasson, larmoyant, long


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs