MOTÖRHEAD - Another Perfect Day
1983 · Bronze

Détails

gulo gulo
le 17 janvier 2012 (776 lectures)

   Hard "70s Blues rock

La contextualisation historienne de cet album, le pedigree de l'illustre guitariste qui touche ici, la nouille et les solos, les querelles de fans sur sa valeur et sur l'osmose ou non réalisée, je vous laisse bien volontiers trouver tout cela ailleurs avec grande facilité - je me permets accessoirement de recommander que vous le cherchiez de préférence dans "White Line Fever", c'est sûrement le plus instructif, et sans aucun doute le plus vivant.
Cet album, c'est simplement, modestement, l'un des meilleurs albums de Motörhead et l'un des meilleurs albums du monde - un syllogisme s'est caché dans cette phrase, sauras-tu le démasquer ? Another Perfect Day est un de ces disques qui tiennent comme un grosse gifle les promesses de leur intitulé : de l'or en barre, un grandiose et généreux épi de blues incandescent emporté dans les nues par la ferveur d'une vélocité motörheadesque qu'on n'aura jamais connue si aérienne, un agile bourdon d'extase pure et non coupée, un disque scintillant d'aise, grouillant d'allégresse, ruisselant de ce feeling qui éreinte, brise de plaisir, et en éraille la voix, Lemmy n'aura jamais rayonné autant, en ermite bienheureux, que tel qu'ici, lointain dans les mirages rissolants, dans le brasillement chuintant, à la bienveillance d'un bout de clope palpitant dans la pénombre orgiaque, de guitares qui dansent l'infinie danse du feu, un disque de l'innocence riante des premiers âges des mondes, une tarentelle pour Dionysos qui rend caducs tous les lourds potages stoner à venir, tant il fait pure ambroisie du fait de boire avec une exultation simple les ondoyantes rafales de sable brûlant. Un disque qu'il est bien temps pour vous de commencer à écouter, car vous n'aurez jamais fini.
Je peux bien, allez, vous l'avouer en fin : il n'est besoin pour écrire ce prêche que de redessiner de mémoire l'empreinte au fer rouge infligée par "Shine" - vous aussi, la première fois, cela vous fera tout drôle ; les autres aussi ; c'est là le, très discutable, problème de Motörhead : régulièrement lester des albums gavés de morceaux tuants par un morceau TUANT, qu'en général, par un effet de leur déraisonnable générosité, ils placent dans le commencement du disque. Pour autant, à réécouter l'album entier, n'en regrette-je pas une virgule.
La classe est finie, les enfants, égaillez-vous ; et n'oubliez pas, en partant, de passer voir papa Tue-Monsieur : il a des bonbons pour vous.

Another Perfect Day en trois mots : cool, nerveux, divin


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
Coup de cœur
Coup de cœur