Sinical
le 12 octobre 2004 (1115 lectures)

   Industriel

Une pochette hallucine aux allures d'apocalypse antique, un titre d'album pour le moins agressif et hostile ("nettoyeur de rue"....ca ferait presque nom de tueur en srie maniaco dpressif pour le coup!)...on se dit avant mme d'avoir introduit la galette dans le lecteur (ou sur la platine puisque ca revient la mode) que le sieur Broadrick et son acolyte des grands soirs Green vont encore nous offrir un rcital de haine, de dgot et de destruction auditive. Et on se dit juste, sans pour autant souponner que les deux compres ont pouss la torture psychique bien au del de ce qu'ils ont jamais cre (en mme a n'etait que leur premier vritable album), et, si je peux me permettre, bien au del ce qu'ils produiront par la suite.

Musicalement parlant, cet opus est probablement le plus lourd, le plus touffant (touff) et le plus vindicatif de toute la discographie du groupe. Rythmiques martiales puissantes, rptitives et hypnotisantes, basse surpuissante, linaire et envoutante, multiples bidouillages sonores provenant de la gratte de Broadrick (on ne peut pas vraiment dire la plupart du temps qu'il "joue" vritablement, laissant la partie disons mlodique du boulot aux lignes de basse) ou accords de base particulirement redoutables, vocalises rauques, hurles mais contenues, sans oublier quelques samples et claviers discrets mais efficaces, tout ela contribue effectivement crer une atmosphre particulirement pesante, omniprsente tout au long de l'album

Et c'est d'ailleurs cette atmosphre, qui n'est pas sans voquer les ruelles sombres et puantes des grandes villes, parsemes de colonies de rats, de blattes, cafards et autres saloperies, peuples de dchets humains oublis de tous, enveloppes dans une brume suffocante et acide, c'est donc cette atmosphre, disais je, qui fait toute la particularit de cet album et qui le diffrencie nettement de tous les autres albums de la discographie du groupe. En effet, "Streetcleaner" est unique par cette homognit dans le ton gnral, dans l'ambiance, dans l'impression qu'il donne d'une socit pourrie qui courre sa perte. Il ressort de cet opus une fascination morbide pour un monde auto destructeur condamn disparatre; une fascination, et un dgot tout la fois, pour la civilisation urbaine impersonelle, mcanique, deshumanis dans laquelle nous vivons; une jouissance malsaine teinte de regrets et de remords, de souvenirs vaporeux d'un monde moins gris, moins terne, moins violent...Les albums possdant une telle spcificit sonore sont relativement rares, alors surtout ne manquez pas celui ci!

Streetcleaner en trois mots : gris, bton, nvros


Facebook 

Chargement...