ELECTRIC WIZARD - Black Masses
2010 · Rise Above

Détails

intheseblackdays
le 11 avril 2011 (1171 lectures)

   Traditional doom Stoner Rituel

Un album de nerds destins des nerds. Faut pas chercher plus loin que cela. Jai tent vainement ces derniers mois, quand je me suis enfin rsolu lcouter aprs quelques semaines de rejet total, dessayer de comprendre o Oborn voulait en venir. Vaine tentative dintellectualiser un disque et un groupe qui na jamais vraiment cherch tre catalogu dans ce registre.
Depuis leur premier mfait le message tait pourtant clair : weed, horror flicks, dope, Black Sabbath. Des motivations typiquement adolescentes. Avec les annes, un abus constant de drogues, un succs non dmrit, un mariage etc, Oborn sest laiss de plus en plus aller ses dlires. Les sixties dans tout ce quelles ont de plus occulte et sexuel sont dsormais son nouveau dada.
Witchult Today tait la pice charnire entre ces deux tendances. Un dernier hommage Vincent Price, Peter Cushing et Lovecraft et une premire ode Bardot, Gainsbourg, Rollin et Lavey, qui, mme sils avaient dj t mentionns auparavant au fil des prgrinations du groupe, se retrouvent ici en tte daffiche. Difficile dy dceler un message cach. Black Masses nest rien quun pot pourri de tout ce quaime Oborn.

Le schma est quasiment le mme que sur Witchcult Today. Morceau titre en ouverture, morceau poppy en second et passage ambiant en fin ou presque dalbum. Suivent quelques titres qui font parfois office de remplissage, exception faite du monstrueux SatirIX. Encore un recyclage de nom de morceau. L on ne peut pas dire que linspiration soit son fort.

Pour apprcier Black Masses, aprs avoir bien entendu compris quil sagissait dun disque sans prtention (peut tre pas intentionnel mais tel est le cas), il faut avoir adhr son grand frre WT. Mme production dans le mme studio, donc mme rtrogrsillement dont javoue tre friand, dautres moins. Certes jaimerai retrouver un jour le mur sonique dun Let Us Prey qui te colle la tronche au sol, contre lequel seul celui de Warhorse pouvait rivaliser (produit la mme poque, lge dor ?) mais ce ct vintage largement revendiqu aprs lequel la bande du Dorset coure depuis ses dbuts a un charme indniable.

Les paroles sont aussi audibles quinsipides et redondantes, mais au moins on les comprend et on peut les marmonner. Je dfie quelquun de me filer les lyrics compltes de Let Us Prey (mieux vaut peut etre pas). On en vient donc parler du chant nasillard du nabot qui samliore de disque en disque. Une composante indissociable du Wizard. Franchement des compos aussi retro avec du grunt ? Laissons a aux frres ennemis de Ramesses qui sen tirent dailleurs avec les honneurs.

On pourra reprocher une certaine absence de prise de risque, un got prononc pour la redondance, un abus immodr pour les effets grsillant sans justificatif autre que sonner crado, il nempche que Black Masses nen reste pas moins un excellent cr. Chaque disque du Wizard a ses dfauts si lon se penche dessus, chaque disque propose galement un trip qui lui est propre. Limmobilisme dplait beaucoup, il plait dautres dont je fais partie. Aprs tout, ce qui est lourd, lent et rptitif, cest ce quon cherche ici non ?

Black Masses en trois mots : rtro, adolescent, occulte


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs

 
 
Excellent
Excellent
 
Coup de cœur
Coup de cœur