ELECTRIC WIZARD - Black Masses
2010 · Rise Above

Détails

EyeLovya
le 24 novembre 2010 (947 lectures)

Thèse :

C'est arrivé. C'était il y a une semaine environ, j'étais en voiture avec un ami qui remarque le disque dans une exclamation tout à fait enthousiaste : ah cool! je peux le mettre? Et moi de répondre : wof, nan, chiant. Qu'est donc devenu le Electric Wizard d'antan, celui qui faisait vibrer les murs et qui ronflait lourdement sur des oreillers de buvards et un matelas de chanvre? Depuis le très bon cru 2004, c'en est fini de tout ça, et dire amèrement, la gorge serrée, que Witchcult Today était chouette, c'est au final un simple réflexe physiologique de défense. Cette fois-ci, c'en est trop, les défenses immunitaires sont dépassées. C'est du doom rock quoi, un peu grungy même parfois, la production est bien trop équilibrée, ça joue trop énergique, j'ai même eu l'image d'une bande-originale pour un film d'action français à un moment... Du doom rock d'imbécile, Justin, débile profond, ressasse tout au long de l'album des « Iiiiiii ammmm the -remplis avec le mot de ton choix- » sur des riffs qu'on aurait jamais voulu utilisés par eux, comme la montée pour illettrés du premier morceau. Et puis les constructions évidentes des morceaux n'arrangent rien, jusqu'aux refrains de bouseux à la diction impeccable à revendiquer en concert. Mais qu'est-ce qui se passe là? C'est Liz qui t'oblige à faire un régime, à avoir un rythme de vie plus sain? Quoi, vous essayez quand même pas d'avoir un gamin? Me dis pas que tu fais du sport?!

Antithèse :

Il y a des moments, dans la vie, où il faut savoir oublier le passé et accepter le changement. Electric Wizard vieillit et l'influence des 70's, films d'horreur et musique, a peu à peu pris les devants sur celle des drogues. Surement même qu'ils en prennent beaucoup moins, ces cons. Mais est-ce que ça donne pour autant de la mauvaise musique? Oui. Mais ce n'est pas aussi grave que prévu. Comme précédemment expliqué, c'est du rock, avec de bons éléments, pour du rock, puisqu'il faut bien se le répéter pour parvenir à apprécier le truc. Le son est cool, bien grésillant avec plein de samples et d'effets rigolos, et derrière ceux-ci, des riffs qui bougent (soupir) pas mal ou, à défaut, qui sonnent vachement doom! C'est propre, un peu fatigué et ce n'est pas forcément un problème, qu'ils soient passés chez Relapse n'aurait pas été plus étonnant que ça... mordillage de lèvre : Non désolé, je n'y arrive pas.

Synthèse :

Justin fait son boulot, mais n'y crois plus vraiment. Il a très certainement d'autres priorités dans la vie maintenant. Et ça c'est aussi un peu à cause de vous autres, oui vous, qui les avez lapidé publiquement devant le balcon des Rois blessés. Pour ce qui est du nouveau et bon, on a le riff refrain de Venus in furs qui rappelle Type O, la complainte larmoyante Satyr IX, et avec la dernière piste inutile bruitiste que personne ne réécoutera jamais, mince j'avais dit « bon », on doit avoir fait le tour. Très décevant donc, et s'il n'avait été enfanté par Electric Wizard, je l'aurais qualifié de bon album doom rock. C'est dans la douleur mais avec un grand respect pour ces messieurs que je le note. Largement dispensable, chiant de déjà-vu, exaspérant, mauvais, mais pas tant.

Black Masses en trois mots : dcevant, sportif, assagi


Facebook 

Chargement...