SOL/BLODTRU - Old Europa Death Chants
2010 · Paradigms records

Détails

EyeLovya
le 05 juillet 2010 (722 lectures)

   Doom death Drone doom Freak doom

Henry Purcell, mais sans la grâce pédante de l'époque. Avec ce terrible effet absorbant de l'air ambiant, puissante éponge, qui au fil du premier titre saturera l'atmosphère d'un drone organique humidifié par un crachin de clochettes, encore frais, encore respirable, même après les dix minutes. Alors les choses deviennent plus sérieuses, et les ondes énormes qui emplissent l'horizon en un rien de temps vibrent à la fréquence des vagues d'une mer que l'on jurerait entendre, mais que l'on ne verra jamais. Une brume dense, immense, et la vision en devient inutile, comme tendent à le confirmer ces chants déchirés, qui semblent provenir de partout et nulle part à la fois.

Les échanges gazeux ont du mal à se faire dans les poumons, et pour palier à ce manque d'oxygène, le cœur s'emballe de temps à autres, pour maintenir le corps en éveil, pour éviter un coma menaçant, et pour alimenter les surrénales, continuer de produire de l'adrénaline, seule source de courage pour continuer à avancer dans un brouillard impénétrable.

Une tache blanchâtre flottant dans les airs signale la présence d'un soleil froid et impuissant derrière le chaos climatique, et régulièrement un rayon se réfléchit de particule en particule, strident et aveuglant, jusqu'aux pupilles non averties. La marche soudainement plus rude indique une ascension, une montagne, tout du moins une colline, impossible d'être plus précis, et donner dangereusement un rythme soutenu à l'escalade apparaît comme le seul moyen d'avancer. L'oxygène se fait plus rare avec l'altitude, et l'air ne se désaturant pas, le corps s'éteint, disjoncte. Le cerveau, souffrant de la carence en air pur, délire, créant ces images de veillée traditionnelle au ralenti, brouillées, illogiques, devenant alors finalement un insupportable cauchemar.

Enfin douloureusement réveillé, c'est souffreteux, défait, qu'il faudra dorénavant continuer à avancer, tout espoir de salut supprimé, avec le seul instinct de survie comme moteur. Alors la marche recommence, plus lourde encore, et le seul chant qui vient en tête, pour feindre un courage ayant déserté depuis longtemps, sonne de manière inhabituelle, maussade et déprimé, et rend la tâche plus harassante encore. Quand enfin, après une durée inestimable, la brume se fait moins épaisse, et qu'enfin un véritable paysage se dessine dans une plénitude sonore, tout n'est que collines désertiques et lacs fumants jusqu'au supposé ciel où la tache pale ne rayonne pas plus qu'avant, masquant l'idée même de l'existence d'un horizon.

Old Europa Death Chants en trois mots : brouillard, plnitude, perdition


Facebook 

Chargement...

Avis des auteurs