KORN : Take a Look in the Mirror

2003, Immortal/Epic

— Rocky Turquoise, le 22 août 2016 (1156 lectures)

J'ai toujours eu un faible pour Korn.

Korn ce fut mon premier (ou presque) groupe de méchants. Ils faisaient plein de bruits avec leurs guitares. Ils avaient un chanteur charismatique, des ambiances travaillées, ils avaient des paroles qui parlaient de cul comme il faut à un bon adolescent névrosé. À une époque où qui plus est je m'escrimais vainement sur une guitare basse, un mec qui avait l'air aussi con que Fieldy c'était un modèle inespéré de musicien gratuit comme un jouet dans une boîte de céréales.

Bon, et puis un jour, Korn ils ont sorti Take a Look in the Mirror.

Pondu en quinze mois chrono - histoire de dire que même en divisant leurs neurones par deux ils n'étaient pas capable d'arriver à la moitié de la productivité et de l'inspiration de Black Sabbath en 70 (même eux avouèrent par la suite avoir écrit ce disque comme on cuit des pâtes sans minuteur) - porté par une rengaine promo d'enfer promettant un retour aux sources dont on se demande bien qui ça pouvait bien intéresser (pouvait-on décemment imaginer qu'il leur restait des fans de première heure après le naufrage de Follow the Leader, États-Unis exceptés ?), embarquant un rap-featuring à la con de Nas à une époque où même dans le néo metal c'était déjà ringard depuis presque dix ans : tous les ingrédients étaient réunis dans ce sixième album pour en faire un nanard de compétition.

Récemment, dans un accès de nostalgie, j'ai décidé de jeter une oreille au dernier Slipknot, puis à un Limp Bizkit récent. Je suis même aller maté des clips de Hed(pe) sur le tube un soir de désoeuvrement avancé. Aucun regret à signaler pour tout ça. J'ai jamais eu envie en revanche, d'aller voir ce qu'étaient devenus Korn depuis ce disque, que je vais m'assurer cette fois de ranger à un endroit où je suis sûr qu'il ne risque plus jamais de me faire de l'oeil.

Chargement...