THE SUNDAYS : Reading, writing and arithmetic

1990, Rough trade records

— EyeLovya, le 23 janvier 2015 (1105 lectures)

De combien de seconds couteaux new-wave regardera-t-on la face due loin du podium, tout en se forant n'prouver aucune compassion, en se convaincant de toutes ses forces qu'ils n'ont que ce qu'ils mritent?
Tsssss... On se sent bien con quand la neutralit puissante qui s'tait bien tablie en nous se fait balayer d'un coup ds lors que claquent les premiers coups de baguettes de You're not the only one I know. Alors c'est la fusion la Dragon Ball des Smiths et des Cranes, et The Sundays devient le groupe le plus adorable du monde le temps de ce seul titre.
En y regardant de plus prs, pourtant, cette chanson n'a objectivement rien de bien sorcier, ou bien si, justement, toute en simplicit, ce n'est que la magie de la mlodie parfaite qui sublime l'ensemble.
Enfin la voix incroyablement choubidoue de Harriet Wheeler est mise en valeur...une femme avec ce timbre peut elle porter la moindre once de mal en elle? Elle n'est que caresse, douceur, innocence et navet, syndrme de Peter Pan pour Elizabeth Fraseret Vanessa Paradis ; amenez-moi cette petite orpheline que je lui offre mes bras, un manteau bien chaud et un pain au chocolat! Comme si Harriet tait reste cette enfant arrive sur Terre pour attendrir et n'inspirer qu'amour et srnit.
Soudain, le groupe est lanc. Les voil a enchaner trois titres de plus parfaitement harmonieux et mignons comme pas permis. Harriet hausse mme le ton sur les refrains tardifs de A certain someone, et se mesure sans peine aux envoles juvniles et glaantes de Bjrk.
Et puis non, il faut croire que l'effort demandait trop de ressources, alors le dernier titre retombe dans le minimum syndical, et notre visage si souriant et ptillant se referme aussi sec dans l'impassibilit la plus totale. Comment peuvent-ils alterner sans ciller ppites fourrure et galets lisses tout juste bons habiller un gnrique de Dawson? Tssss...
Chargement...