PYGMY LUSH : Old friends

2011, Lovitt records

— EyeLovya, le 18 août 2012 (795 lectures)

Il est tard maintenant, peut tre trois ou quatre heure du matin, c'est un de ces rares et paisibles moments de blanc sans gne aucune o chacun regarde dans le vide vers son assiette la pense repue, un sourire fatigu mais franc affich sur chacun de ces visages dont les yeux rougis paraissent alourdis d'une tristesse profonde. C'tait une bonne soire : certains avaient amen leurs guitares, et avec le vieux piano dans le salon on y a chant presque joyeusement mme quand nos curs pesaient tellement dans nos poitrines; on est bien videmment rest plusieurs heures table discuter de tout et de rien, de notre peine bien sur, mais sans larmes, c'est bon de partager un mme sentiment, aussi douloureux soit-il, avec les gens qu'on aime; puis les amis et la famille ont fini par rentrer chez eux et nous sommes rests ensemble, la mme bande depuis le lyce, maintenant des adultes, picoler les fonds de bouteille du bar familial, quelques digestifs dsormais sortis de leur attribution primaire, histoire de marquer le coup et d'avoir le geste et la parole plus exalts, les rires plus chagrins et les pleurs plus enjous, tranquillement, comme on faisait il y a encore plusieurs mois notre dernire runion.
C'est un sentiment trange, mais nous ressentons tous ce contentement, cet apaisement, d'avoir vcu cette journe atroce ensemble, le genre de rassemblement imprvu si pnible et cuisant pour lequel les absences au travail ou les longues distances parcourir deviennent simples dtails terriblement insignifiants, de vieux amis tellement dpasss par le temps et par la vie, qui savent toujours se retrouver pour le meilleur, ou dans le cas prsent, pour le pire.
Je suis sur que c'est exactement comme a qu'il aurait voulu que a se passe.
Chargement...