BIVOUAC : Tuber

1993, Elemental records

— EyeLovya, le 24 mars 2012 (830 lectures)

Je sais, quand on s'y attarde, la pochette ne ressemble pas vraiment. Mais c'est qu'avant de la dtailler plus en profondeur, je croyais y voir deux solistes retro pattes d'eph en pleine extase musicale, et pas deux types bizarres en miroir en pleine... bataille de zboubs?
Passons.

Bivouac. Derrire ce nom un peu naze, on a une des plus belles reprsentations de ce qu'on pourrait appeler le Hartley curs vif post-grunge. Un feeling solaire, tout du moins crpuscule d't, o retombent la fatigue d'une journe d'insouciance surfer, et les problmes de jeunesse maintenant invitables. Ces trois gars l viennent de Derby en Angleterre, mais par souci de cohrence, on admettra qu'ils proviennent d'une petite bourgade sur la cte est de l'Australie.
Bivouac c'est ce chant, dnud de rage vritable, lisse comme le crne de Bolton, plein de sanglots comme Jodie quand Nick a fait sa putain de rupture d'anvrisme, une voix juvnile extraordinairement touchante.
Elle ne serait rien sans ces accords tout aussi caricaturaux qui la soutiennent dans toute la tristesse qu'elle exprime, et un batteur plutt inventif dans le genre, parfaites instrumentations de la nostalgie douloureuse qu'Anita et Drazic ruminent chacun de leur ct quand ils se sparent.

Plus srieusement, Bivouac est on ne peut plus clich, et on ne peut plus parfait dans ce rle, chantre underground si l'en est du rock 90's. Bijou sur bijou, mme dans cette balade la guitare sche assurment dtestable hors contexte du prsent album. On retrouvera notamment la mlancolie de vacances dj voque chez Dinosaur Jr. auxquels on ajoutera donc cette touche australienne, (qui aurait tout aussi bien pu tre californienne dans mon esprit rducteur par ailleurs) une fraicheur merveilleuse qui donne juste envie de prendre la voiture, et rouler sans but la fentre ouverte, le bras accoud dessus, demi aveugl par les derniers instants de soleil, et repenser cette nana fantastique de la soire d'hier capable de te tordre l'estomac en un sourire.

Ces sentiments et sensations qu'on perd en vieillissant, des faiblesses devant lesquelles on se blase maintenant, heureusement qu'il y a des perles comme Bivouac pour ne jamais les oublier.
Putain, coutez Drank au moins.
Chargement...