GREY WATERS : Below the ever setting sun

2010, Eisenwald Tonschmiede

— EyeLovya, le 29 juin 2011 (926 lectures)

C'est le mtal du gendre idal, qui est du rock en fait, mais que les antcdents personnels juvniles habillent de long cheveux boucls trop propres pour tre honntes et d'une pilosit faciale pas tout fait assume.
C'est le mtal-rock de bonne famille, de ceux qui ont eu la chance d'avoir disposition de quoi enregistrer ces jolies chansons en plein znith du chagrin pubescent, brillantes comme une peau grasse au soleil.

On imagine bien que Katatonia deuxime poque n'est pas exempt de toute responsabilit pour cet EP, mais quand eux se terrent dans les ruelles froides et obscures entre deux buildings de verre, Grey Waters enfile son pantalon de lin blanc estival et vient larmoyer sur la colline au crpuscule.
On parle de mtal, et c'est qu'il y a, parcimonieusement disposs a et l, un ou deux cris corchs au second plan, histoire de prouver au monde qu'il fut un temps o on ne rasait pas encore les couilles.

Mais le truc, c'est que moi, mon adolescence, elle s'est faite grand renfort de mlodies limbiques finlandaises, et que j'ai toujours une indulgence nostalgique et attendrie quand j'entends de jolies harmonies types mer Baltique.
A vrai dire, il n'en aurait pas fallu beaucoup plus, pour que a me plaise, cette merde.
Chargement...