CRANES : Wings of joy

1991, Dedicated records

— Rocky Turquoise, le 12 juin 2010 (1066 lectures)

Je l'ai lu ailleurs, je le rcupre sans scrupule tant cela leur sied : Cranes, c'est un peu le vilain petit canard de la dream pop.

Dj c'est goth mort. Il y a le chant d'ado/autiste d'Alison Shaw, la dreamgirl la plus imbouffable/marry-me de l'histoire de la pop ovaires aprs Vanessa Paradis. Mais pas seulement. Car il faut compter aussi les instrus ici franchement darkwave, ampoules de fumes claviereuses, de dbordements synthtiques si prilleusement rminiscents des '80s que les quelques rugissements de guitare ne parviennent que tout juste, perdument asthmatiques qu'ils sont, se faire remarquer, dans un vagissement pulmonaire aux frontires du pathtique.

Il n'y a bien que sur l'immense Leaves of Summer d'ailleurs, qu'on puisse ressentir quelques frissons dont l'angoisse sous-jacente n'est pas partie prenante. Ou alors justement, il faut tre rest un grand adolescent soi-mme, et afficher une tolrance la craint-attitude au dessus de la moyenne. a tombe bien, c'est mon cas plus que de raison.
Alors propos justement, n'allez pas lire ici une descente de ce disque puisque, c'est sr pas autant que du Forever qui lui succdera, j'en suis totalement amoureux. H oui. Le nasillard, le piano, la composition cheapos, en dcouvrant les grues de Portsmouth juste l'poque o Anneke van Giersbergen commenait ressembler dangereusement un mannequin pour Le Club des Crateurs de Beaut, il y avait cette chance que je fasse plus que trbucher dessus et m'excuser : je me suis ponctu bien galamment d'une rvrence en levant mon chapeau.

Cranes, on peut remercier une fois de plus John Peel pour leur avoir offert un dbut de notorit ds la fin des '80s, et tout autant papa Smith pour les avoir embarqu sur la tourne Wish Tour '92, sans quoi il et t difficile d'en entendre encore parler aujourd'hui. Qui plus est, cela m'aura permis de croiser leur chemin dans un bar goth perdu en Allemagne un soir de semaine il y a un an ou deux, et d'assister l'un des concerts les plus chouettes de mon existence. Touchant, mlodramatique, strogne, enivrant.

Wings of Joy a t rdit en 2007 avec l'EP Inescapable en bonus et quelques autres rarets toutes aussi dlicieuses. Profitons-en.
Chargement...