AT THE GATES : Terminal Spirit Disease

1994, Peaceville

— Rocky Turquoise, le 12 juin 2011 (1038 lectures)

Il m'arrive de temps en temps de repenser ce groupe. Pas trop non plus au point qu'il arrivt la suite de son souvenir celui de la ribambelles d'insupportables rejetons metalcore--l-ricain qui l'poque prirent naissance de la gicle de foutre nausabond que fut Slaughter of the Soul, mais suffisamment nanmoins pour prendre acte de la chute de popularit d'At the Gates depuis. On peut pas dire que leur nom revienne souvent dans la conversation, mme du bon fan de la gueux-te-beurg-school, quand bien mme la reformation au rabais de 2007 blablabla.

Toutes choses gales par ailleurs, le crachoir Lindberg il ne m'a quoiqu'il arrive jamais bien remu les tripes, la limite The Red in the Sky Is Ours, avec son ct Burzum pour enfant, si corch et larmoyant dans ma mmoire - je veux dire, The Great Deceiver c'tait tout de mme bien plus intressant tant qu' tapper dans le death mlo qui vise le piquement au coeur - Slaughter of the Soul, quant lui, est un disque qui m'insupporte au plus au point. Bon, j'ai jamais t fan du style non plus, chacun ses tares.

Mais toutefois cette jaquette de Terminal Spirit Disease exerce depuis toujours une trange fascination sur ma personne. Peut-tre le ct Basquiat aux donuts, dit jolies-courbes, et le foss qu'il y a entre le contenu et le contenant, a doit tre ce qui me pousse le ressortir de temps autre. Y'a pas de quoi en faire un fromage pourtant. Six titres studios qui glissent pas trop mal. Trois titres lives compltement nazes. C'en est presque frustrant, mais ne poussons pas non plus.
Chargement...