J. TILLMAN : Minor works

2006, Undertow records

— EyeLovya, le 24 mai 2011 (991 lectures)

Oui oui, il y avait Bleach en lookalike comme l'a trs justement fait remarquer Inziz/ACC, mais en ce qui me concerne, Bleach aurait mieux sa place du ct Slowend du miroir.

Parlons un peu de ce Joshua Tillman, cow-boy triste et puis par le soleil.
Il eut fallu peu de choses pour que cet album soit nul, la voix trainante, presque trop pour tre honnte, pas loin d'tre trop X-Factor en fait, et les folk-songs clairement au pas crpusculaire, avec l'harmonica et les guitares lap steel trop peinard mlancolique.
Mais il y a que lorsque, parfois, sur l'album, tout s'accorde soudainement, a change carrment la donne. Ce "Jesse try to get some sleep" par exemple, avec la voix fatigue, les arrangements joliment discrets au violon, et la mlodie qui s'crase en mineur tout autour, bien jou.
Ou encore le titre ponyme, slowcore dpouill au maximum, sans issue de secours, l, a tire dans le mille sans trop de problme.

L'ambiance est assez chaleureuse, aide par la production vomissant volontiers dans les basses paternelles, et le soleil qui tape encore bien fort mme s'il se couche au loin, et il aurait peut tre t prfrable quelque chose de plus lo-fi, parce qu'avec toute cette chaleur on aurait tendance confondre les larmes avec de la sueur.

a sent le far west dsert, et quand les trois ou quatre titres vraiment efficaces de l'album passent, ils sonnent comme une sorte d'antidote sociale, comme si l'coute plusieurs parlait et pouvait rapprocher les mes...(c'est beau dtes donc..).
Chargement...