INHUMAN HATE : Twilight of a lost soul

2010, Eisenwald records

— EyeLovya, le 23 avril 2011 (930 lectures)

C'est vrai qu'aprs tout, puisque trouver un chouette nom son groupe a et sera toujours l'exercice le plus difficile qui soit, pourquoi s'emmerder pour un rsultat qui ne fera jamais l'unanimit alors qu'on pourrait tout simplement s'appeler Inhuman Hate?
J'ai hsit passer ce disque de l'autre ct du miroir. A mon avis, il aurait tout fait eu sa place.
Allez, une fois n'est pas coutume, passons les cinq titres en revue sparment.

Le premier justifierait le slowendage sans problme, par son doom ultra-pluvieux et salement dpressif, la pluie avec un pas mal de brouillard aussi histoire de jouer les crmes solaire indice 666. Bon, le dbat aurait commenc bien vite, puisque les notes en double croche, quel que soit le tempo initial, on aime pas trop a par ici. Pourtant, niveau accablement absolu et envie de se laisser crever comme un chien, a me parat trs largement concurrentiel des plus fervents funeraleux/post-coreux ou je ne sais quel styleux qui vous fout les pires ides noires.

La part 2, hors sujet du coup, le blast, c'est disqualifiant. Mais sinon, c'est toujours pas super estival.

En numro 3, on retrouve une sorte d'interlude mec qui hurle la mort, suicide is the way of the walk. Genre le Torching Koroviev de Khanate, mais en plus norvgien.

Le 4, ouf, on est l'intrieur et on peut regarder tomber la pluie tranquillement sans s'en prendre plein la gueule. a chante tonnamment en voix claire, toujours pas joyeux, mais plus pique dj, et j'voquerai mme de loin, vite fait, du coin de l'oreille, Primordial, mais en norvgien. (Attention, tout de mme, ils sont allemands.)

Et enfin, le dernier morceau, on retrouve un bon black doom, en ternaire s'il vous plait, et puisque la pluie ne s'arrte pas, profitez-en donc pour prparer un bon bain chaud, et n'oubliez pas la fameuse petite lame de rasoir sur le bord.
Le digipack est joli, avec son relief, et il est limit ...huhuhu... 666 exemplaires.
Chargement...