CLAUDIA BRÜCKEN : Love : and a million other things

1991, Island

— Rocky Turquoise, le 28 décembre 2010 (986 lectures)

Ce qui faisait tout le tenant habité de Propaganda, en dehors des instrus de synth-pop cartonnée qui ont pris en charme avec les années, c'était la présence dégagée par la charismatique Claudia Brücken, ses airs de Cléôpatre dandy et sa voix hantée d'outre-80s (c'est-à-dire ce paradis infernal auquel tu accèdes après avoir franchi la rédhibitoire première écoute des compiles New Romantic).

On n'en retrouve bien malheureusement pas grand chose, sur cet album de pop marqué plus que de raison, entre les indigestes rebuts de Michael Jackson, ceux de KLF sans mouton, ou les quelques dance-hits pas franchement bien convaincants (y'a bien que le morceau Fanatic qui parvienne à raviver un minimum la flamme minérale d'un amour crêpé et interdit).

À tout le moins, ça fait quand même super classe sur l'étagère.
Chargement...