MESHUGGAH : Nothing

2002, Nuclear Blast

— Rocky Turquoise, le 20 décembre 2010 (1109 lectures)

la Haienda, on aurait sans nul doute remu salement du popotin l'coute de ce disque aux vieux relents d'acid 808 State-ien. Manque de pot, il est sorti une bonne dcennie trop tard, et a du se contenter d'un public de jeunes chevelus-barbus en rut, pour le meilleur des cas, soit quand on tapait pas dans le gros coreux inconsolable du split d'At the Gates. Son mrite, 'aura t de malgr tout faire fondre plus d'un neurone et de rendre glissant plus d'un lino, tant a-t-on pu se sentir frustr qu'ils nous pondent pas un Chaosphere 2.0 (bah, peu importe : ils le feront ensuite). Limite, la meilleure solution c'tait d'envoyer Blue Monday en stro par dessus, fond les ballons histoire de. C'est tellement vident que je me demande pourquoi j'y pense aussi seulement une bonne dcennie trop tard. Saloperie d'effet d'escalier.
Chargement...