THIS HEAT : Deceit

1981, Rough trade

— EyeLovya, le 11 décembre 2010 (950 lectures)

Sacr morceau que nous avons-l, trs certainement l'un des albums des plus barrs de ma collection. Ncessairement enregistr l'asile. L'asile l'ancienne hein, pas le petit asile de tapettes pour mres au foyer sous Lexomil, hein. L'asile fangeux o il y a toujours ce type qui il manque une moiti de crne force de se cabosser contre les murs longueur de journe, et deux ou trois types le cou tordu qui avancent dcids les bras braqus sur toi suintant leur parcours d'une bave paisse qui pue le mdicament, et puis une bonne poignes de grand-mres, moins qu'elles soient plus jeunes que prvu, qui hurlent tout le temps un tas de mots qui n'existent mme pas et qui il ne reste plus que quelques cheveux filandreux implants ci et l sur la tte, et puis aussi ce jeune gars assis dans la salle commune qui passe le plus clair de son temps la bouche ensanglante essayer de s'arracher ses propres dents, et toute une galerie que mme Tod Browning n'aurait pu cauchemarder. Le pire, c'est qu'ils ont tous le sourire, ont tous l'air joyeux.
Aprs, c'est le quotidien l bas quoi, des activits artistiques la journe qui finissent toujours en automutilation triviale, des veilles on ne peut plus glauques les soirs de ftes que les infirmires passeront nettoyer la merde tale sur les murs, des nuits interminables o les plus dsquilibrs chantent tranquillement comme enivrs par les neuroleptiques, et o celle d'aprs ne sera qu'un long cri dcharn qui survolera les plaintes des autres pensionnaires jusqu'au bureau des soignants les nerfs vif, forcs de piocher dans les ordonnanciers de quoi tenir, de quoi survivre, jusqu'au matin o les yeux rouges de contention, totalement hypnotiques, ils rentreront dangereusement chez eux pour se ronger les sangs en attendant de rembaucher le soir.
Des musiciens sous la forme de divinits hindoues, chamanes dbonnaires, qui rebondissent dans tous les coins du chteau gonflable qui leur serre de cerveau, une recette improbable de n'importe quoi tiss miraculeusement en une trame de gnie.
Chargement...