KYLIE MINOGUE : Aphrodite

2010, Parlophone

— Rocky Turquoise, le 05 août 2010 (1145 lectures)

Quand plus personne n'oserait l'affubler du sex-, je lancerais moi un Cheshire-Kylie, pour qualifier tout en douceur son sourire qui, avec les annes qui passent, lui remonte toujours un peu plus haut le long des fossettes ; tant et si bien que mme Fanny Ardant finira par venir dfendre dans les tribunaux son droit l'image, j'aimerais pas trop non plus personnellement qu'on me confonde avec un roux, mais ce sont des choses qui arrivent. "C'est-la-vie", comme on l'entend susurrer dlicieusement l'Australienne.

C'est la vie oui : la grande prtresse de la pop fifille nous revient de ses dboires extra-musicaux avec une fois de plus, une belle leon de dlicatesse coquine.
Les suons, il faudra pourtant du courage pour aller les chercher. Surtout quand a commence avec un titre aussi bassement downtown qu'All the Lovers, vritable talon de vulgarit sraphique. Et c'est parce que pass Get Outta My Way, le judicieux (futur) second single du disque, il faut pousser jusqu'au septime titre pour que commencent s'enchaner les friandises : avec une mention toute spciale pour Better than Today, monument de fracheur crtine, gar entre les quelques parfaits tubes Paris-plage et les autres, qui devraient plutt se rvler sur le dancefloor d'une bote mojito.
Chargement...