Slow End
Special Low Frequency Version
La pillule rouge ? Seulement ?
Fear Falls Burning & Nadja

Artistes participants au disque

NADJA Web
FEAR FALLS BURNING Web

Avis des chroniqueurs

intheseblackdays
Note

Informations

Première édition
2007 (1 x Cd)
Label
Conspiracy Records
Avec
Aidan BAKER : ?
Leah BUCKAREFF : ?
FEAR FALLS BURNING : ?
Tracklist
1.
2.
3.
4.
Remarque
Chronique datant de 2007.
 

Chroniques de splits et de compilations


Drone doom Noise Ambient

Chronique par intheseblackdays, le 01 septembre 2007
(556 lectures)

Ayant délaissé avec un dédain certain le mouvement drone avec sa vague submergeante de sorties parues ces dernières années , je n’avais ni entendu parler de Fear Falls Burning ni abordé Nadja, déjà succinctement chroniqué en ces pages par mon confrère Nirguna. La réception de ce promo fut donc une double découverte, celle des groupes qui collaborent ici (et dont j‘aurai du mal à distinguer la contribution de chacun) et celle de la scène drone actuelle, puisque les deux semblent, au fil de mes pérégrinations sur le net, fort bien côtés et déjà en possession de discographies fournies.

Côté monolithique, les amateurs de drone vont être servis, puisqu’il est réellement difficile de s’envoyer ces 4 pavés de 15 minutes chacun. Difficile de les différencier aussi. Cette collaboration s’apparente en une chape de brume tantôt noise et grésillante, tantôt vide et stressante. Si cet exercice musical permet de laisser à chacun son esprit divaguer et s’y forger une impression personnelle, on ne pourra néanmoins nier qu’ici, difficile de ressentir autre chose que des vagues de stress et une ambiance terriblement malsaine, incarnées par ce bruit latent omniprésent ou ces pulsations qui impriment un rythme quasi organique à ces émanations soniques à la limite de la toxicité mentale.
Difficile d’ergoter sans s’épandre sur ses propres névroses, difficile de décrire sans perdre une majeure partie de la substance de cette ‘musique’ minimaliste, difficile de tenir le choc durant 60 minutes d’une musique qui n’a pourtant rien d’agressif au premier abord. Difficile, difficile, difficile, la difficulté est le maître mot de la collaboration entre ces deux artistes du bruit et seule une énorme motivation ou un certain masochisme permettront de distinguer les contours de la bête et de la dominer.
Les amateurs apprécieront, les autres non (et une porte ouverte, une).

Fear Falls Burning & Nadja en trois mots : monolithique, brumeux, malsain




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 1 commentaire pour ce disque