Slow End
Special Low Frequency Version
Vis ma vie sous acides
Asteroid - blowback split

Artistes participants au disque

ASTEROID Web
BLOWBACK Web

Avis des chroniqueurs

intheseblackdays
Note

marystonage
Note

Informations

Première édition
2006 (1 x Cd)
Label
Fuzzorama Records
Avec
Robin HIRSE (guitare & chant (Asteroid)), Johannes NILSSON (basse & chant (Asteroid)), Martin STROM (batterie & percussions (Asteroid)), Seb (guitare (Blowback)), Crille (basse (Blowback)), Henke (batterie (Blowback)), Steffe (chant (Blowback))
Tracklist
ASTEROID
1. Supernova
2. Anagram
3. Hexagon
4. Sim-Sala-Bim
5. Walk Alone
6. The Big Trip Beyond

BLOWBACK
7. Holy Skies
8. Autumn Leaf
9. Fairys Dance
10. Cosmic Dust
11. The Arquitect
12. Invisible Touch
 

Chroniques de splits et de compilations


Stoner

Chronique par intheseblackdays, le 18 juin 2006
(486 lectures)

J'ai toujours clamé mon aversion pour les groupes de stoner scandinaves, qui, selon moi, confondent bien trop souvent rock'n'roll et stoner, qui à mes yeux doit traduire avant tout le coté lancinant et désertique avant le 'high energy'. Il existe bien sûr des exceptions à ma vision, tels Dozer ou Lowrider, qui, s'ils n'apportent rien ou presque, sont fichtrement plus proches de Kyuss que d'AC/DC ou du MC5. Ce split partagé entre deux groupes étrangement proches me verra revenir encore une fois sur ma décision. Asteroid et Blowback ne se démarquent en rien des deux formations suédoises précitées, mais leur enthousiasme, leur goût immodéré pour un énorme son ultrafuzzé et leur inspiration clairement californienne en font de plaisant compositeurs.

Rempli vraiment ras la gueule (12 titres partagés équitablement, 62 minutes (!) ), Fuzzorama (quel nom J ), qui a déjà sorti le très saturé Gravity X des Truckfighters, dont Mary en dit le plus grand bien sur ce site, a su faire les choses comme il faut. Artwork inventif et plus que soigné, et surtout, une qualité de production qui ne peut que me ravir : grasse et limpide.

Comme déjà dit, les groupes ne sont pas d'une folle originalité mais l'efficacité est belle et bien au rendez-vous. On en vient même à se demander comment le simple trio qu'est Asteroid parvient à un tel niveau de puissance. Leur stoner sonne comme si Homme et ses Queens of the stone age s'étaient décidés à vouloir faire plaisir à leurs nombreux fans réclamant une reformation de Kyuss. On retrouve ici et là des plans plus pop, mais parfaitement intégrés dans des compos largement dominées par l'influence de '.And the circus leaves town'. Les deux chanteurs ont un timbre de voix chaud et font preuve d'un lyrisme marquant. On se retrouve très vite à chantonner les refrains. Efficacité vous dis-je. Impact renforcé par une section rythmique salement plombée, pas aventurière pour un sou mais au poids plus que conséquent, du stoner lourd comme on (je) l'aime.

Blowback sont à peine un de plus, mais niveau volume sonore, ça reste du même acabit : amplis réglés sur onze, Bigmuff enclenchée 90% du temps, le dernier morceau se révélant être un acoustique délicat closant un album porté sur le déferlement continu de décibels. Délicatesse surprenante et paradoxale, puisque durant les 5 précédents titres, Blowback n'auront pas cherché à faire dans la dentelle. Riffs hargneux, rythmes implacables, voix puissante chauffée à la bière (entêtant 'Holy Skies'), ces mecs aiment Kyuss, les motos, les taouages, la bière et tous les autres clichés du genre, leur vision de la musique est claire comme de l'ea..Heu.. alcool de roche, on les voit arriver sans aucune difficulté mais on les pardonnera tant leur stoner fait du bien à nos pauvres esgourdes.

Innovation : Ø
Originalité : Ø
Saturation : 1ØØ
Groove : 1ØØ
Efficacité : 1ØØ
Stonerité : 2ØØ

Asteroid - blowback split en trois mots : saturé, puissant, météoritique




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 4 commentaires pour ce disque