Slow End
Special Low Frequency Version
Parce que cent fois vaut bien mieux qu'une
Kyuss - QOTSA split

Artistes participants au disque

QUEENS OF THE STONE AGE Web
KYUSS Web

Avis des chroniqueurs

marystonage
Note

Rocky Turquoise
Note

lucas
Note

Lazare_C
Note

Informations

Première édition
1997 (1 x Cd)
Label
Man's Ruin
Avec
Alfredo HERNANDEZ (batterie (K) ), Scott REEDER (basse (K)), John GARCIA (chant (K), backings (Q #5)), Josh HOMME (guitare (K+Q), chant (Q), basse (Q #5) ), Van CONNER (basse (Q #4)), Victor INDRIZZO (batterie (Q) ), Chris GOSS (divers (Q))
Tracklist
1. Into the void
2. Fatso forgotso
3. Fatso forgotso phase ll (flipthephase)
4. If only everything
5. Born to hula
6. Spiders and vinegaroons
Remarque
'If Only Everything' est la version originale d''If Only' que l'on retrouve sur le self-titled de QOTSA, lyrics différents également.
 

Chroniques de splits et de compilations


Stoner

Chronique par marystonage, le 22 septembre 2005
(674 lectures)

Josh Homme prétendait ne jamais avoir écouté un disque de Black Sabbath, soit il a menti, soit il a fini par s'y mettre. En tout cas le premier disque des Queens Of The Stone Age, qui est aussi le dernier de Kyuss, s'ouvre sur 'Into The Void' revisité par ces derniers.

Une version enregistrée au Rancho De La Luna en 1995 et parue sous forme de 10" toujours chez Man's Ruin, tout comme les 'Fatso Forgotso', juste avant que le groupe ne se sépare. Et ça leur sied à merveille de reprendre du Black Sabb' à ces 4 californiens, ils ont saisi leur ultime chance de rendre hommage au groupe qui ne les a soit disant pas inspiré. Et c'était peut-être vrai après tout, car même si cette cover a l'air de couler de source tant on sent les zicos dans leur élément, elle est également une nouvelle occasion de constater que Kyuss n'a pas volé grand chose à qui que ce soit. La seule petite restriction sensible sur cette reprise est le fait que Garcia ne se permet pas de geindre à chaque fin de phrase comme il en a habituellement l'art, pour le reste, on a toujours la guitare sous-accordée de Homme qui va régulièrement buzzer dans du plus aigu, la basse sur-groovy de Reeder et la batterie instinctive d'Hernandez. 'Into The Void' en mode Palm Desert. une variante ralentie et alourdie par le soleil qui les accable, éraflée par le sable qui vient enrayer une dernière fois les mécanismes de la machine Kyuss.
Qu'ils jouent leurs compos ou celles des autres, c'est toujours eux, c'est toujours ce son chaud et assommant, ce tempo lent et paresseux, une musique incontestablement lourde, mais maniée avec une sorte d'insouciance qui la rend bizarrement apaisante, physiquement et mentalement, donnant juste envie de rien foutre, de se poser et d'écouter, ou même juste d'entendre, passivement. Théorie applicable jusqu'au bout, sur les 2 derniers morceaux de leur carrière, les 'Fatso Forgotso'.

Et la transition avec la moitié QOTSA n'est pas si brusque. Rien de très étonnant quand on sait que 5 des 6 titres de ce split sont l'oeuvre d'un seul rouquin. Ceci dit, ils n'ont pas tous été écrits à la même époque, les 3 derniers datent des Gamma Ray sessions de 1996 et figurent tous sur le 7'' du même nom, à l'exception de 'Spiders And Vinegaroons' qui n'avait pas été utilisé jusque là.
Un lustre passé chez Kyuss ça laisse des séquelles et, même flanqué de nouveaux musiciens, ce qui se dégage de ce QOTSA nouveau n'y est pas toujours incomparable. On est très loin du QOTSA soigné et tant dénigré du XXI° siècle. Ce qu'Homme nous offre là, c'est du brut du brut, la production est encore plus raw que celle du 1° album, l'ambiance toxique et malsaine qui y plane est déjà palpable sur cet EP, bien plus infectée. Les riffs de fond ne sont plus ceux de Kyuss, plus courts et répétés, ils sont suivis de près par une batterie barbare et une basse écrasante qui ne font pas dans le détail et dont la bestialité est une assez bonne surprise. Ca tourne carré, c'est du travail à la chaîne, ce que certains appelleront le Robot Rock. 'Born To Hula' illustre bien ce terme, la seule chose venant huiler ce rouage étant le chant moins appliqué que jamais de Josh, ainsi que ses ébullitions de guitare vers des aigus magnétisants comme on lui en a toujours connu.
Quant à l'instrumental final, 'Spiders And Vinegaroons', il n'est pas moins QOTSA que Kyuss et clôt idéalement ce split, cette fin de Kyuss et ce début de Queens Of The Stone Age. On retombe dans la torpeur de jadis, des claquements de mains du bon vieux temps pour toute rythmique, Josh a l'air de faire sa vie sans y penser via des rubans de guitare hypnotisants qui sinusoïdent au gré des délires d'effets de leur producteur Chris Goss, la batterie finit par débouler sans prévenir, BRUTALE, juste le temps de laisser Mr Homme se refaire un petit shoot, puis reprendre peu à peu son écriture automatique (robotique ?) jamais égalée, même plus par lui-même.

Kyuss - QOTSA split en trois mots : Kyuss, chimique, addictif




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 6 commentaires pour ce disque