Slow End
Special Low Frequency Version
Pas le temps pour la vitesse
Neutralize

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2017 (1 x Cd)
Label
Obliteration Records
Avec
Yutaka : chant
Yasuo : guitare
Tatsuto : guitare
Naoya : basse
Ryohei : batterie
Tracklist
1. Neutralize
2. Synapse Possessed
3. Reign in Radiation
4. Discordant Mantras
5. Infected
6. Into The Ritual
7. Aseptic Necrosis
8. YxSxFxPx
9. Insane Techniques of Cancerous Human Obliteration
10. Pace 'til Death (Bathory Cover)
Remarque
Existe également en cassette chez Grindfather Production
 

SU19B (Japon)

Voir tous les articles pour SU19B


Doom death Sludgecore Industriel Grind

Chronique par Krokodil, ce mois-ci
(150 lectures)

Ça peut paraître un poil réducteur, mais si l'on adhère un minimum au concept dès le départ (et accessoirement aux disques précédents), l'on devrait en théorie trouver une nouvelle fois son compte ici... Non pas que Su19b soit du genre à défier les lois de l'évolution, ou à reproduire inlassablement le même disque (quand bien même, si tel était le cas ce ne serait pas bien grave ; prenez Primitive Man, combien de fois ont-ils reproduit le même schéma avant de se transcender ?) mais plutôt que Su19b soit du genre suffisamment hybride pour justifier son "immobilisme" esthétique...  "Un contrat pas trop exigeant pour un groupe pas trop exigeant qui sort des disques pas trop exigeants" ? Euh, oui, mais non, pas du tout. L'on aura beau vous faire croire que Neutralize n'est ni plus ni moins que la suite logique de son prédécesseur The World Doomed to Violence (qui était lui-même la suite logique de son prédécesseur, qui était lui-même la suite logique de son prédecesseur, et ainsi de suite...), la vérité est qu'il n'est pas totalement gaulé de la même manière puisque son impact n'est pas totalement le même non plus. Alors elle se cache où la différence, en vrai ? Peut-être déjà dans cette volonté évidente de s'émanciper de leur éternelle référence patriarcale - Corrupted (à force ça finit par rentrer ?) - pour se recentrer davantage sur leur fibre grind et leur amour de Napalm Death... Peut-être également dans cette production plus froide et austère (indus ?), avec sa rigueur métronomique, son absence inquiétante de larsens, ses ruptures de tempo trop bien exécutées pour être humaines, et sa batterie cruellement synthétique... Peut-être enfin parce que Yutaka livre ici sa plus meilleure perf' (théorie de la relativité, si ça vous parle). Ok, on le savait déjà héritier du légendaire et increvable grunter de Corrupted, mais on ne le savait pas forcément capable de sortir des sons si répugnants, genre raclement de fond d'oesophage sur fond d'autostrangulation, ou dégueuli de démon lubrique vocoderisé façon Urotsukidoji... Bref, vous l'aurez pigé, Neutralize, c'est pas exactement le même Su19b que celui croisé par hasard sur YT, ni la dernière curiosité cyberpunk supercool, mais bien le disque d'un groupe à l'hostilité et à l'ignominie toujours grandissantes... Un groupe qui finira par se faire connaître, c'est obligé. 

 

 

Neutralize en trois mots : boucher, chirurgical, hideux




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque