Slow End
Special Low Frequency Version
N'en parle pas aux flics
Outworn

Avis des chroniqueurs

Derelictus
Note

Informations

Première édition
2017 (1 x Digital)
Label
Autoproduction
Avec
Olivier Verron: guitares, basse, chant, batterie
Rachid Trabelsi: batterie sur Outworn
Tracklist
1 - Outworn
2 - Tedium
Remarque
Le titre Tedium provient de la compilation We are French Fuck You!
 

CONVICTION (France)

Voir tous les articles pour CONVICTION


Traditional doom

Chronique par Derelictus, le 20 janvier 2018
(340 lectures)

Il est plaisant de se rendre compte qu'il existe encore dans notre pays, et encore plus aux confins de ma région, des musiciens qui font fi des modes et des tendances, et qui restent attachés à certaines traditions et à certains dogmes. Et en cela, je parle de ceux du doom metal, tels qu’il nous ont été légués dans les années quatre vingt et quatre vingt dix par les pères fondateurs du genre. L’homme derrière Conviction n’est pas un inconnu, puisqu’il s’agit d’Amduscias de Temple of Baal et de Bran Barr. L’on pourra rétorquer qu’il s’agit d’un énième projet de doom metal fait par un musicien provenant de la scène black metal, une tendance qui s’affirme un peu plus avec les années, mais au contraire de certaines girouettes qui aiment prendre le train en marche, ce projet a germé dans la tête de son auteur pendant une bonne vingtaine d’années avant de se voir enfin concrétisé, en cela l’on ne peut pas faire plus doom metal dans l’attitude. D’ailleurs, ne serait-ce que le nom du groupe donne un avis sur la question et sur la dévotion à la chose qui anime Amduscias. De doom metal traditionnel dans sa forme et dans son exécution, il en est pleinement question ici, et avec la manière et l’inspiration, c’est encore plus notable et appréciable. Et c’est cela qui fait tellement plaisir: c’est d’entendre enfin quelqu’un qui a des racines métalliques qui se respectent et qui est donc capable de nous gratifier de vrais riffs de doom metal, et non pas juste des notes alourdies et rendues cradingues par un alignement de grosses têtes d’ampli vintage que l’on s’est amusé à acheter au fil des années. C’est bien là, le premier constat que l’on puisse faire à l’écoute de ces deux titres, et plus particulièrement du morceau titre, une réelle réussite en la matière. De plus, l’on a enfin un guitariste qui ose les soli et qui sait ce que feeling veut dire sans nous assommer d’un tournis de notes absconses. Évidemment, dans la mesure où il s’agit d’un travail de dévot, l’on retrouvera évidemment les influences de formations telles que Saint Vitus, The Obsessed ou bien encore Cathedral, pour n'en citer que quelques unes et pour situer la voie dans laquelle l’on s’inscrit. Mieux encore, l’on retrouve aussi ici une certaine résignation, appuyée par des lignes de chant convaincantes et adéquates, et un voile obscur et terne qui donnent une coloration on ne peut plus appropriée à cette musique, et l’on peut presque y déceler toute l’âpreté et la désolation de cette bourgade maudite qu’est Gisors. Il y a une âme derrière tout ceci et surtout une sincérité qui laissent entrevoir des grandes choses pour la suite. En cela Outworn est un très bon héraut d’un premier album qui devrait sortir dans le courant de l’année.

Outworn en trois mots : passionné, affriandant, éloquent




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque