Slow End
Special Low Frequency Version
MAXIMUM VOLUME YIELDS MAXIMUM RESULTS
Beneath

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2017 (1 x Cd)
Label
Black Bow Records
Avec
Ben Kerr : guitare
Tommy Mirgiannis : chant
Wilson Hede : basse
Nick James : batterie
Tracklist
1. Guile as a Vice
2. Succumbing
 

MERCHANT (Australie)

Voir tous les articles pour MERCHANT


Sludgecore Progressif

Chronique par Krokodil, ce mois-ci
(200 lectures)

Sans doute est-il un peu trop tôt pour le signer de son sang dans les livres d'histoire, bien que ce ne soit pas l'envie de se saigner qui manque, mais face à ce nouvel effort des australiens, et face à une qualité de composition si frappante, l'on se doit d'admettre que Merchant, déjà relativement seul dans sa niche "sludge prog" (du moins sans concurrence plausible à l'horizon), soit entrain de constituer un début de discographie pas loin de frôler le mémorable ... voire peut-être (sait-on jamais) d'offrir enfin une descendance digne de ce nom aux patrons du genre que sont Thou. Et si leur sludge ne cesse de s'affiner (et de se débattre au coeur des chaines de la gravité, c'est un fait), nos hommes n'ont absolument rien perdu de leur bestialité caractéristique, ni de leur amour éternel pour le champ de bataille et la chair à vif, dans lesquels ils continuent de faire ce qu'ils font de mieux, à savoir RAMPER (remember), toutes ces innocentes petites choses qui font d'eux ce groupe bien plus dangereux (et sentimentalement intrusif) que bon nombre de pratiquants du blackened / funeral sludge, et confèrent à leur atmosphère à eux une aura de prédatrice sacrée, capable d'abattre la foudre comme de disperser l'obscurité, capable de fendre les frontières admissibles entre charnier terrestre et voûte céleste - bref, vous l'aurez compris : capable de créer des miracles... Quoiqu'il en soit, ce que Graves At Sea semblait cibler avec The Curse That is, (avant que l'histoire ne s'achève comme on le sait) Merchant l'a tout simplement transformé en un inépuisable gisement de pierres précieuses. Autant dire que l’idée d’attendre encore quelques mois jusqu’à un éventuel prochain forfait frôle de peu l’insoutenable.

 

Beneath en trois mots : lumineux, fulminant, prometteur




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque