Slow End
Special Low Frequency Version
Fais-toi hippie
All Hail... And Death

Avis des chroniqueurs

gulo gulo
Note

EyeLovya
Note

Informations

Première édition
2017 (1 x Digital)
Label
Autoproduction
Avec
Sean Deth : voix, basse
Justin Fiorille : guitares
William Paxton : batterie
Brent Haris : guitares
Tracklist
1. Necrohymn
2. Black Tongue
3. These Darkened Eyes (feat. Ohio Deatheater)
4. To Devour the Sun
5. Night Graves
6. Afterlight
7. Death Worship
 

WITCHHELM (États-Unis)

Voir tous les articles pour WITCHHELM


Gothique Blues rock Country

Chronique par gulo gulo, ce mois-ci
(264 lectures)

Dira-t-on que Witchhelm commettent l'impair de s'engouffrer eux aussi dans le vent de l'occult rock vampirique ? Non ; on se contentera de ne pas dire qu'ils l'ont inventé, et ce sera bien assez de complaisance et de politesse comme ça. Dira-t-on alors plutôt, sur un mode agressif, qu'eux au moins (oh, que je sens que le disque de Mindkult va m'énerver...), tant qu'à donner dans le registre, le font jusqu'au bout plutôt que de s'en servir comme prétexte pour aromatiser un rock quasi-radiophonique et quasi-inspiré - en jouant, pour leur part, une musique réellement spectrale ? Pas davantage, puisque, d'une, on le savait déjà parfaitement, qu'ils n'étaient guère davantage que des spectres, et que leur doom avait la chaleur et la vigueur d'un cadavre, de deux, il s'agit de savoir avant tout si la chose a le moindre intérêt à écouter : parce qu'à ce compte-là, après tout, Mindkult (ou Earth, si vous voulez, pour pas s'acharner tout le long sur le même, qu'on n'a du reste pas encore écouté) lui aussi est copieusement spectral, à force de vacuité. Il ne s'agirait donc pas de prendre pour du mystère une simple absence, de couleur comme de goût.

Qui s'attendait, en lisant l'annonce du groupe concernant un album entièrement acoustique tel qu'il leur aurait été à mainte reprise réclamé à hauts cris, à une impeccable et cuisante collection de ballades école Acid Bath, comme on les en rêve auteurs depuis "I am (Wolf)", sera en effet sévèrement déçu : ces morceaux-ci sont informes, livides, de tailles disparates sans raison apparente, ce qu'on leur trouvera de plus proche étant à chercher, probablement, du côté de la nouvelle ère esthétique de Xasthur, tant ils semblent, à l'abord au moins, couler du même robinet d'eau croupie - même lorsqu'après tout il semblent vouloir décoller dans l'épique : Witchhelm est toujours cette goule, cette gargouille hâve et exsangue, ce sourire benêt, caquetant et poussiéreux de crâne ; simplement cette fois se fait-elle eau qui goutte. Goutte infime à goutte infime. Des lambeaux de phrases inutiles, égrenées trop tard, effilochées dans le néant d'un ciel blanc et aqueux, lâchées au vent indifférent.

Tout dans All Hail... And Death est distinct mais néanmoins noyé dans une sorte de réverbération vitreuse ; bouffi et translucide tout à la fois... Et voilà comment peu à peu l'on voit des choses lentement se détacher de ce cadavre, entamant une lente ascension, des poinçons au cœur se révéler dans ce la monotonie de ce ru agonisant, et comment peu à peu le blues aussi gras qu'une veine dans la roche sous la plaine, et la country squelettique se mettent à doucement, au ralenti, pulser de cette mort au rire figé, de façon plus élémentale encore que par le passé et ses fulgurances déjà avérées, donc sous des formes ressemblant moins à des tubes - ah çà ! on en aura du "I am (Wolf)", mais pas sous la forme escomptée, et pourtant aurait-on dû s'attendre à autre chose ? - qu'à de l'eau-de-vie de tube, du spiritueux pur, incolore, limpide (ce gouffre de "To Devour the Sun", mince...) - et nous à ne penser plus qu'aux disques solo de Mike Scheidt, Scott Kelly et Steve Von Till (oui, brisons là, ou bien je vais finir par dégainer The Eye of Every Storm repris en main par le cadavre d'Anna/Varney dans un décor de la main de Marko Pavlovic, décédé lui aussi).

C'est le moment où l'on laisse tomber les colts, lève les mains en l'air, et se rend. On peut également, si l'on le souhaite, tomber à genoux.

All Hail... And Death en trois mots : décomposition, en, lévitation




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 1 commentaire pour ce disque