Slow End
Special Low Frequency Version
Priez !
Paso Inferior

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

gulo gulo
Note

Informations

Première édition
1997 (1 x Cd)
Label
Frigidity
Avec
Chew : batterie
Hevi : chant
Jose : basse
Talbot : guitare
Tracklist
1. Paso Inferior
Remarque
À ne pas confondre avec la (vraiment moins bonne) version LP sortie en 2002, amputée et presque complètement remaniée (structure, tracklist, instru, etc) pour s'adapter au chausse-pied au format vinyle.
 

CORRUPTED (Japon)

Voir tous les articles pour CORRUPTED


Funeral doom Freak doom

Chronique par Krokodil, le 28 juin 2017
(249 lectures)

Rétrospective Corrupted, épisode 3. 

Le Corrupted d'avant la grosse période mélodramatique, c'est déjà plus ma came, pour tout vous dire, et quand on l'écoute avec les oreilles d'aujourd'hui, par définition plus expérimentée que celles d'hier, l'on se rend assez vite compte qu'en matière de funeral, au sens austère et très premier degré de la chose, ça se pose carrément là. D'ailleurs, entre nous, qu'attendre de plus d'un disque intitulé Paso Inferior qu'un prodigieux festival de morbide et de glauque ? "Passage inférieur", ça ouvre le champ des possibles, pas vrai ? Chez les pervs comme les moins pervs. Et l'on sera libre d'y voir ce que l'on veut, pourvu que ce soit dégueulasse et terminal... Le festival de morbide et de glauque, on le retrouve également annoncé par une pochette (fidèle au contenu, comme souvent chez Corrupted) qui n'est pas sans rappeler un certain Dismal, autre chef d'oeuvre antique fait de crise existentielle et de misères. Des ruines, un survivant visiblement un peu hagard, un grain beau comme une coupure de journal passée trente fois à la photocopieuse… pour sûr que ça change des contrefaçons de Michael Kenna qui allaient suivre plus tard... Bref.

Exigeant sans être chiant, morne sans être chiant, lent et long sans être chiant, ça a l'air facile dit comme ça, pourtant figurez-vous que dans l'exercice (périlleux, cela va sans dire) du morceau-disque funéralo-péplumnique, tous n'ont pas connu le même succès que Corrupted sur cet album-ci. Un premier album qui plus est, alors que nos gars sortaient tout juste de leur période introductive mongolo-snuff-sludge (laquelle a évidemment influencé Coffins et tant d'autres locaux et débiles fameux), c'est pas rien, vous l'aurez compris, puisque vingt ans plus tard, la sanction qu'il inflige reste plus ou moins la même : sévère. Voire SÉVÈRE. Funeral, certes, mais hybride plus encore, allez donc seulement tenter de qualifier de manière pertinente un disque pareil... avec ses indescriptibles murs de guitares plaintives, ses sirènes hideuses et ses larsens taillés comme des scalpels, qui fusionnent et ne s'arrêtent à aucun moment de strider et de criailler de tout leur coffre et de toute leur pauvre malheureuse petite âme... On en hésiterait presque à coller une étiquette shoegaze quelque part, là haut, avec une pensée émue pour tous les Nadja, Goslings, Angelic Process, Black Boned Angel et autres Jessica93 du monde, tous plus ou moins rétrogradés définitivement aux rayons des jouets pour enfants. Mais l'on se retiendra, par pudeur (bah oué), mais aussi parce qu'au fond de nous on le sait pertinemment : Corrupted n'en a sans doute jamais rien eu à branler du shoegaze et des acrobaties analogiques, et si ce palimpseste guitaristique difforme sonne presque comme du shoegaze, voire du doomgaze (le mot est paraît-il à la mode depuis la sortie d'un disque de Windhand judicieusement intitulé Soma ...), il l'est au moins tout autant qu'un autre monstre, anglais cette fois-ci, The Pernicious Enigma, sorti la même année... Ce qui signifie que s'il y a du "gaze" qui se planque quelque part, au-delà du capharnaüm, c'est sans doute d'ordre purement mental et très largement noyé dans le maelström de déflagrations sonores... Reste au final le chaos bien réel. Le chaos au service du triste. 

Bref une fois encore : 48 minutes de funeral totalitaire, ou de totalitarisme funeral, à vous de voir ce qui vous arrange le mieux. Voilà ce qu'est Paso Inferior. Triste - nous venons de le dire - et pas drôle du tout, quasiment martial. Pas une variation pendant ces 48 minutes. Enfin si, de très vagues et discrètes variations, tellement vagues et discrètes qu'on se demande si elles existent vraiment, ou si l'on ne les aurait pas inventé de toute pièce, quelque part dans notre tête. Et étant donné l'absence quasi-absolue de repère dans la cartographie potentielle de cette horreur de morceau, on se contente simplement d'y avancer contre vents et marées cadavériques, à travers le souffle pestilentiel de la mort qui rode aux alentours, au coeur d'une mégalopole frappée par une bonne vieille bombe à fission nucléaire… On tente comme on peut de se faufiler entre les restes de viandes carbonisés et les voiles de béton fendus par l'orage, on termine d'escalader le plus horrible des charniers que voilà déjà le suivant, puis les suivants, toujours plus monumentaux, comme dans un cauchemar consumant l'espace tout entier, bien au-delà de l'horizon. En vérité, on aura rarement entendu plus abattu, plus austère, plus désespéré que Paso Inferior, (si ce n'est à la rigueur le batteur qui officie dans Paso Inferior, autant à l'aise dans ce décor qu'un lombric dans un amas de trippailles fraichement hachées...). Maintenant qu'on y est : LA batterie, putain ! Invariable. Inflexible. Lente à en crever… lente à se demander si l'on n'est pas déjà entrain de pourrir gentiment sous un ciel occupé par des nuées de vautours et de mouches nécrophages. Lente à donner à chaque centimètre de peau morte enjambée un air d'infini, lente à donner à chaque seconde passée en apnée dans les intestins de ses potes un air d'éternité.

Tout ça pour dire que Paso Inferior n'est pas que le meilleur album de Corrupted (facile en même temps...) il est un véritable monument de funeral doom. Pas tout à fait un hasard d'ailleurs s'il a autant influencé des Monarch! et autres Of Darkness... Quant à nous, l'on ne se privera certainement pas de conclure que Paso Inferior, dans le rôle de la figure patriarcale, potentiellement à la tête de tout ce qu'on appelle "musiques extrêmes japonaises", il assure carrément. 

Paso Inferior en trois mots : mise, en, terre




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque