Slow End
Special Low Frequency Version
Borborygmes souterrains
Su19b

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2001 (1 x 7in)
Label
Blurred Records
Avec
Naoya : basse
Ryohei : batterie
Jun : guitare
Tatsuto : guitare
Mitsuaki : chant
Tracklist
A1 False Religion
A2 Essence Of Ethnic
A3 竹刀教育
A4 Hateful Neglect
B1 Corrupted Mind
B2 Bleeding
B3 雷雲の中の奇跡
B4 Warrior's Sigh
 

SU19B (Japon)

Voir tous les articles pour SU19B


Drone doom Grind

Chronique par Krokodil, ce mois-ci
(105 lectures)

La discographie de Su19b - comme toute chose tentaculaire et disproportionnée - on ne sait pas trop par où l'accoster. Et l'on se rend assez rapidement compte que peu importe la porte empruntée, rigueur chronologique ou pas, on tombe à peu près toujours sur de vieilles casserolles et de vieux cadavres pas encore totalement liquéfiés. En fait, les types ont tellement pas évolué depuis leur premier disque (ça fait quand même depuis vingt bonnes années qu'ils existent, sortent des disques, tournent et tout, et vingt bonnes années qu'on les ignore copieusement) qu'on se demanderait presque s'ils sont vraiment de la même planète que nous, ou s'ils ne seraient pas des genres de cyborgs esclaves de l'ultrasick-doom, des intelligences artificielles programmées à répéter et répéter encore la même horrible musique de charognard affamé, invariablement, pour toujours. L'enfer, le vrai. Pourtant en 2001 - aux débuts si j'ose dire - ils sortirent un/ce curieux petit EP de 13 minutes, dans lequel ils poursuivirent sans complexe aucun l'oeuvre du Corrupted des mid-nineties (celui-là même qui a très probablement donné les grandes lignes directrices de ce qu'est - a été devrais-je dire - Monarch!). Du drone morne, hermétique et sans horizon, désespéré jusqu'au dernier ongle... La différence - sans aller jusqu'à parler de plus-value ? Une plus-qu'improbable capacité à jongler entre 40 et 400 bpm sans se casser le cul le moins de l'univers à construire de la pseudo-transition ou de la structure logique... Encore que la logique japonaise, c'est pas la mienne, ni la tienne, et qu'on s'abstiendra donc de tout jugement de valeur. Bref. 13 minutes qui ne resteront probablement pas dans les mémoires - Su19b non plus à vrai dire - mais 13 minutes durant lesquelles on a senti la radioactivité et les pluies acides nous consumer la chair en profondeur, et nos os se pavaner à poil au milieu du champ de ruine.

Su19b en trois mots : la, finesse, incarnée




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque