Slow End
Special Low Frequency Version
Ralentir est la solution
The World Doomed to Violence

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2015 (1 x Cd)
Label
No Bread!, Regurgitated Semen Records, Grind Today Records,
Avec
Naoya : basse
Ryohei : batterie
Sou Inomoto Aka Scum : noiseguest
Tatsuto : guitare
Yasuto : guitare
Yutaka : chant
Tracklist
1. World Is Doomed To Violence
2. Blind
3. Ambition / Invasion
4. Trainer Of Ruin
5. Mourning
6. Mental Suppression
7. Electric Armaggedon
8. C.O.M.
9. Negative Legacy
10. Dark-eyed Virgins
Remarque
Existe également en cassette et LP.
 

SU19B (Japon)

Voir tous les articles pour SU19B


Sludgecore Freak doom Grind

Chronique par Krokodil, ce mois-ci
(145 lectures)

Que les japonais ne soient pas foutus comme les autres, à priori, on s'en doutait un peu. Et non, détrompez-vous, je ne parle pas de centimètres. Mais plutôt de ce qui s'opère dans leurs cerveaux d'hyperactifs. Les réactions chimiques qui conduisent à des concepts aussi improbables que le cul avec des poulpes morts, le bestiaire de Tokyo Gore Police, ou encore Su19b... Rien que le nom, c'est déjà n'imp. Drogue de synthèse inconnue ? Adresse du dernier love hôtel de Shinjuku à la mode ? Prochain RPG qui va cramer la sélection de l'E3 ? Allez savoir. En fait non, n'allez pas savoir. On s'en tape. Moi j'aime les mystères, et je dois dire que la relative hybridité de leur nom s'associe merveilleusement bien avec celle de leur "sludge". Guillemets obligatoires ici. Leur "sludge", en l'occurrence, il est un peu comme celui de leurs voisins - les non moins repoussants Legion Of Andromeda, Zenocide, Congenital Hell, Guevnna et consorts - d'une laideur et d'une difformité qui tendent sérieusement à braver les frontières du concevable. Laideur et difformité qui d'ailleurs, maintenant qu'on y pense, rappellent également celles des vieux disques de Corrupted, la fameuse période de désolation drone-doom, et plus spécifiquement ce disque qui ressemblerait à s'y méprendre à Dismal. Remember ? Même ambiance de mégalopole ravagée par la guerre, même impression de tituber sur des tronçons de chairs humanoïdes carbonisés, même odeur de mort omniprésente... et même violence aveugle. Notamment quand ils accélèrent, et dieu sait qu'ils accélèrent pas qu'un peu, on en viendrait presque à y entendre une espèce de version cyberpunk / tokyo-post-nuke de Goatsblood, avec des blast-beats qui débarquent de nulle part, foudroient les nerfs comme une vilaine crise d'épilepsie, ou comme un Takashi Miike, avant de disparaître à nouveau dans cette monstrueuse soupe aux relents de misère et de vice que constitue leur musique. Après, on est d'accord, le moche, c'est pas une échelle, on a pas encore inventé d'outils pour le mesurer, et c'est pas un sport non plus, autrement dit la performance on s'en tape ; il n'empêche que les deux mentions "sludge" et "japonais" devraient suffire à vous mettre la puce à l'oreille et établir ainsi le profil de l'infâme Su19b. Groupe dont la discographie est - au passage - d'une constance impressionnante pour ce qui est de jouer de la musique moche, et ce quel que soit le tempo. Bref, "pour vicelard masochiste amateur d'extrême nippon uniquement". 

The World Doomed to Violence en trois mots : ludique, gore, fonctionnel




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque