Slow End
Special Low Frequency Version
On t'avait prévenu
Cloak of Skies

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2017 (1 x Cd)
Label
Transcending Obscurity Records
Avec
B.H. Honkey : batterie
Honkey Head : chant, bruits divers, synthés divers
Hobbs : guitare
Brown Honkey : basse
Tracklist
1. Pool of Failure
2. Sickening Wasteoid
3. Outlet of Hatred
4. (It's Not) The Way
5. The Oblivion of an Opiate Nod
6. Cloak of Skies
7. Pool of Failure (JK Broadrick remix)
 

DRUG HONKEY (États-Unis)

Voir tous les articles pour DRUG HONKEY


Industriel Dub

Chronique par Krokodil, ce mois-ci
(223 lectures)

L'album de la maîtrise ? L'album de la maturité ? L'album de la synthèse ? L'album de la force tranquille ? (...) Peut-être même l'album de la sobriété ?

C'est un peu triste de l'admettre, mais le nouvel album de Drug Honkey est très... carré. Enfin pas très Drug, quoi. Pas très généreux en ganja vibes, en free rizla, en troisième oeil... C'est pas la fièvre insoutenable de Ghost in the Fire quoi, ni la monstruosité parfaitement désinhibée des synapses de Death Dub... Exit les collages aléatoires de séquences rivalisant de mocheté, et exit les petits plaisirs hédonistes simples... Enfin partiellement exit... Ce qui est déjà beaucoup trop. Les nouveaux morceaux de Drug Honkey ressemblent presque à de vrais morceaux. En tout cas les morceaux les moins dub ressemblent presque à de vrais morceaux de metal, voire de post-metal. Si c'est bien ou mal, j'en sais rien, et on s'en fout ; en tout cas, on a le droit ici à des morceaux avec des structures intelligibles et hiérarchisées, avec des moments forts et des lignes de guitares parfaitement identifiables, avec un chant qui en impose pas mal, et avec une cohérence narrative pour le moins inédite chez nos hommes. D'ailleurs, pour être tout à fait franc avec vous, c'est même la première fois que j'arrive à écouter un disque entier de Drug Honkey tout en me disant après chaque titre "putain que c'est bien foutu". La vérité est là. Ces morceaux sont ce qu'ils sont, et peut-être que ça ne ressemble pas au Drug Honkey chéper qu'on a connu, du moins auquel on s'est habitué, mais ces morceaux sont foutrement bien branlés. Ils sonnent bien. Pire encore : ils sonnent juste ! Après... N'allez pas voir du péjoratif ou du snobisme là où il n'y en a pas. Pour ma défense, je fais partie de ceux qui apprécient Metamorphogenesis à sa juste valeur et pour ce qu'il est : la version pop-démocratique de The Pernicious Enigma destinée aux gens pressés. Vous conviendrez bien que tout le monde ne dispose pas de journées de 26 heures. Et si à fortiori un Esoteric exigeant c'est très bien (je parle de Pernicious Enigma), un Esoteric pas trop exigeant c'est très bien aussi (là je parle de Metamorphogenesis).

Bref, Esoteric, ça vient foutre quoi là-dedans ? J'ai envie de vous dire que ça a autant à foutre là-dedans que Scorn et Godflesh. Et que là n'est pas le sujet. Car... figurez-vous qu'avec Cloak of Skies, Drug Honkey a signé - aussi et surtout - l'album de l'émancipation. (Enfin pas tout à fait, y'a quand même un featuring qui démontre le contraire, mais bon, tout est compliqué de nos jours)... Ainsi Drug Honkey a cessé d'être cette curiosité de laboratoire, cette horreur difforme que l'on observait muter aléatoirement dans son univers paramétré par la radioactivité. Drug Honkey a cessé d'être cette merveilleuse aberration organique que l'on admirait se tortiller de douleur dans ses propres vomissures, se répandre de toute son enveloppe sur son continent de déchets toxiques. Et donc, Drug Honkey iz back pour enfin vivre pleinement sa vie de monstre arrivé à l'âge adulte. Enfin... de prédateur évolué au sommet de la chaine alimentaire. Quand bien même le degré d'abstraction bien caractéristique de leur musique subsiste, quand bien même l'on continue de se bouffer çà et là quelques bonnes vagues de pur dub bien anxyogène (Sickening Wasteoid, quoi), voire même de plonger parfois dans des gouffres mystérieux et délicieusement néo-noirs (Queen Elephantine et le Gutter Tactics de Dälek en ligne de mire), difficile de ne pas se demander si une production plus crue - plus moche tout simplement - n'aurait pas conféré à l'album une saveur plus ... prononcée. Plus étourdissante. Plus Drug Honkey quoi.

Car voilà, ici même se trouve le petit truc qui fait que j'aime bien Cloak of Skies, mais que je ne l'aimerai jamais plus que ça : son sound-design. L'utilisation d'un tel terme n'est pas le fruit du hasard, et même si l'on ne parle pas de la dernière sortie de Stroboscopic Artefacts, on parle quand même d'un groupe qui pue autant la charogne que The Body, Author & Punisher ou une cochonnerie de chez Sacred Bones ; Pharmakon à tout hasard. Cette odeur putride et addictive, cette fragrance divine de mort, qui donne l'impression de tituber sur des montagnes de cadavres avec de jolies seringues plantées dans les bras, je ne la trouve pas ici. Pas dans ce son. Et croyez bien que ça m'emmerde au plus haut point. Quant à la présence et au remix de l'illustre Justin Broadrick, c'est bien à l'image du disque, tout aussi bien fait : la puissance martiale d'Us & Them (le morceau, pas l'album), la fournaise post-nuke de Streetcleaner et la beauté lancinante de Messiah condensées en 6 minutes montre en main. Que de bonnes choses. Rien que de bonnes choses.

Franchement, j'aime bien ce nouvel album de Drug Honkey, il est très bien branlé. Il sent bon le naufrage. Sauf que Jürgen Prochnow est encore dans le navire, et qu'il y a de l'espoir. Et qu'au-delà de toutes ces considérations esthétiques finalement très débiles (subjectives, soyez indulgents), j'ai pas eu ma dose d'acide et de laideur. Et je suis très frustré. 

Cloak of Skies en trois mots : cure, de, désintox




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque