Slow End
Special Low Frequency Version
Viens en paix
Childwife

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2017 (1 x Digital)
Label
Autoproduction
Avec
On ne le saura peut-être jamais.
Tracklist
1. II//I
 

CHILDWIFE (Népal)

Voir tous les articles pour CHILDWIFE


Sludgecore

Chronique par Krokodil, le 22 mars 2017
(250 lectures)

Nouvelle chronique inutile, d'un groupe inutile, d'un genre tout aussi inutile. Un soupçon d'intérêt tout de même à cet océan d'inutilité ? Autre que de compléter son petit atlas du sludge ? Ou que de lui greffer sa petite extension chez Alice, histoire de discuter botannique et qualité de production avec des amateurs de Burzum ? Ou autre que de faire écho au billet de mon collègue sur le double-single testamentaire d'HKY ? Peut-être donner une chance à ceux qui ne sont pas médiatisés ? Haha. Qu'est-ce qu'ils en ont à foutre Childwife. On en a jamais entendu parler. On en parlera sûrement plus jamais. Et ils ont splitté avant même qu'on ait eu le temps de leur dire que ce qu'ils ont fait, bah c'est très bien, et ça aurait largement mérité une suite. Et oui, encore une. Fût-il une époque, je n'y aurais pas cru un instant, en voyant la provenance de la chose - Katmandou, quoi,... on a tous un pote qui a tenté le coup du pèlerinage pseudo-mystique au Népal, et qui est revenu avec un compte instagram bien pimp et de jolies plantes locales à ses pieds... Pourtant, les mecs, avec leurs dégaines de mercenaires indonésiens, ils t'ont fait le parfait condensé du meilleur de Grief et Noothgrush en une petite douzaine de minutes. Les riffs (de toute beauté), la voix, la manière de déglinguer les fûts, la tension hardcore inhérente à la chose, les secousses sismiques d'un bon vieux d-beat des familles : "alles", comme on dit chez nous en Allemagne... Enfin à côté.

Aussi admirable que vain...

Le sludge. 

Childwife en trois mots : agressif, dense, regrettable




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque