Slow End
Special Low Frequency Version
Musique fumeuse pour gens moches
Miles to Take

Avis des chroniqueurs

Derelictus
Note

Informations

Première édition
2016 (1 x Cd)
Label
Iron Bonehead Productions
Avec
S : batterie
M : guitares
N : chant
F : basse
G : guitares
Tracklist
1- A Hand Moving Mountains
2- Miles to Take
 

CROSS VAULT (Allemagne)

Voir tous les articles pour CROSS VAULT


Epic doom

Chronique par Derelictus, le 12 février 2017
(239 lectures)

Le cas Cross Vault a ceci d’intéressant que l’on peut assez aisément déceler les coups de cœur musicaux du moment de ses membres, où l’on a d’ailleurs une version plus étoffée du line-up ici, qui est passé à cinq membres, avec un second guitariste. Après nous avoir démontré un peu, - voire beaucoup même -, son amour pour Warning, l’on sent qu’ici les allemands ont du pas mal écouter Urfaust, ne serait-ce que dans la manière qu’a N de poser son chant et de le forcer quelque peu, à l’instar de IX, et surtout, mais ce n’était pas forcément une bonne idée de leur part, Pallbearer. Ça saute pleinement aux oreilles sur le morceau éponyme, avec ses leads bien dégoulinantes et très savoureuses qui émaillent pas mal ce morceau et dont la mélodie rappellera un titre du deuxième album des américains. Cela m’avait un peu effrayé lors d’une première écoute, mais en même temps, la personnalité du projet commence un tout petit peu à s’affiner et à tendre vers quelque chose de plus soupesé, mais qui ne renie pas ses racines métalliques. L’on ne tend pas ici vers des sonorités post ou progressives, on est chez Iron Bonehead Productions, faut-il le rappeler.

L’on sent que l’intégration de nouveaux membres a permis d’étoffer les compositions, et cela laisse plus de place à des passages instrumentaux où les leads prennent les devants, avec une certaine forme de classicisme dans la manière d’agencer les titres. L’on n’hésite pas à faire appel à quelques acoustiques, histoire d’agrémenter de quelques subtilités tout ceci. Et mine de rien, cela fonctionne pas mal tout ceci, dans la mesure où il y a une petite touche de mélancolie, mais plutôt avec cette atmosphère de fin d’été, seul sur la plage, avec les yeux perdus au loin vers l’horizon, à se remémorer tous ces bons moments passés et à appréhender les mauvais jours qui arrivent. Mais pour le coup, il se dégage aussi un petit côté power ballade de ces deux compositions qui n’est pas désagréable non plus, mais qui pourrait rebuter plus d’un de par ce côté presque langoureux, même si ce n’est pas aussi sirupeux que les ballades de While Heaven Wept. En tout cas, il y a un côté un peu plus lumineux derrière ça, concomitant avec une moindre pesanteur du propos. Malgré cela, l’ensemble demeure assez convaincant, et la progression de Cross Vault est assez constante, mais toujours est-il qu’il faut espérer que les allemands ne vont pas se mettre à plagier les américains sus mentionnés et qu’ils sauront renoués avec la pesanteur des deux premiers albums.

Miles to Take en trois mots : ballades, d’, été




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque