Slow End
Special Low Frequency Version
N'en parle pas aux flics
Sint

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2015 (1 x Digital)
Label
Autoproduction
Avec
Cole Benson : guitare, chant
Tim Leick : batterie
Chad Padelford : basse
David "Swen" Swenson : guitare
Tracklist
1. Sint (Part I)
2. Sint (Part II)
 

LIVID (États-Unis)

Voir tous les articles pour LIVID


Traditional doom Sludgecore Psyché

Chronique par Krokodil, le 02 janvier 2017
(240 lectures)

Un groupe qui porte merveilleusement son blase, si j’ose dire, pour une musique patibulaire et cafardeuse comme il se doit en terres doom, à partager entre pestiférés et syphilitiques au coin V.I.P. de la porcherie locale, et dont on ne sait pas vraiment si elle est jouée par des cadavres ambulants, des curtons libidineux bouffeurs de vierges, ou par les insectes qui y habitent - dans les cadavres, je veux dire. Et quand bien même leurs riffs ventripotents, enflés par la vinasse rance, et généreusement nourris de fuzz donneraient un sentiment de plénitude et de satiété presque palpables, aux limites des concepts estivaux-hédonistes de Weedeater, l’on ne peut s’empêcher de craindre ladite livide chose, qui ressemble aussi curieusement à l’un de ces groupes de sludge finlandais préhistoriques et troglodytes mongoloïdes, type Usko, Stumm, Loinen et consorts, qu’aux vieux albums des profanateurs de Wounded Kings. Dans le genre doom-moche-et-pouilleux d'un autre âge, ça se pose gentiment là, et si l'on ne sent pas franchement l'odeur de la weed, ou des cierges censés se consumer dans la chapelle réservée aux partouzes et au festival annuel de la bidoche humaine, l'on sent très aisément en revanche celle des macchabées qui se décomposent dans le sous-sol et donnent tout doucement l'impression d'habiter juste au-dessus de la cave d'Ed Gein. Réverbérations lugubres from beyond, guitares qui chantent le vice dans une langue probablement morte 5000 ans avant JC, duo basse-batterie parfaitement stoïque, qui jamais ne dérape et bat la cadence comme un bourreau soucieux de remplir son contrat dans les règles, Livid aurait pu tout aussi bien s'appeler Austèr. Mais comme les choses sont bien faites, on en restera là pour l'instant.

Allez, la suite maintenant.

 

Sint en trois mots : moribond, sinistre, minimal




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque