Slow End
Special Low Frequency Version
On t'avait prévenu
Split Starkweather/Overmars

Artistes participants au disque

OVERMARS Web
STARKWEATHER Web

Avis des chroniqueurs

gulo gulo
Note

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2010 (1 x 12in)
Label
Alerta Antifascista / Deathwish Inc.
Avec
Le line-up de ce disque est inconnu
Tracklist
Overmars : Following The Sperm Whale (Once Again)
Overmars : Last Sail Sinking
Starkweather : Nightmare Factory
Starkweather : Armed Memory
 

Chroniques de splits et de compilations


Post hardcore Industriel Psyché

Chronique par gulo gulo, le 20 mai 2015
(596 lectures)

Ces morceaux sont-ils les meilleurs et les plus terrifiants de Starkweather ? La question mérite d'être posée, non pas même qu'ils soient mis en valeur à mes yeux partisans, comme je vous en vois déjà me venir accuser, par leur fortuite proximité avec des morceaux de Lovermars : figurez-vous que l'argument n'a pas lieu d'être, puisque j'ai l'extrême snobisme de les posséder sur la version cd ultra-limitée sortie par le groupe... isolée desdites pistes d'Overmars. C'est uniquement parce que je sais nos lecteurs férus d'exactitude, que je les ai, pour la première fois peut-être, écoutés en vue du présent article. Croyez bien que je ne m'en suis pas félicité.

C'est triste, ce pourraient bien être là parmi leurs meilleurs morceaux eux aussi, à Overfarce. Il se trouve quelques idées, ici (enfin, comme il s'agit d'eux, il s'agit surtout d'habillage), on reconnaît si l'on est amateur de Binaire le style de Scotch, on pense ici et là à des choses un peu hors normes telles Kill the Thrill ou Dirge... mais en version franchouillarde ascendant haine de soi la moue dédaigneuse - tu veux faire l'americano, quoi ; Kill the Thrill version Kassovitz le punk, avec Gaspard Ulliel dans le rôle de Nicolas, Matthieu Amalric dans celui de Fred et Mélanie Laurent celui de Marilyn - et qui tourne pourtant rapidement à Dirge avec que des clones de Gilles Lellouche. Vous imaginez si ça fait dresser Popaul.

Et puis surtout, en voulez-vous de la proximité fatidique ? comme ces deux morceaux sont sur ce disque et pas un autre, leur très relatif goût pour l'aventure, les langues chimiquement libres et les formes mutabiles fait penser à Starkweather. Poï poï misère. Starkweather qui se trouve, il faut bien le dire même si ç'a été suggéré déjà, en très, très, très grande forme ; peut-être bien en vérité plus que jamais encore, même que Croatoan. Starkweather qui de leur propre aveu ont pensé à Blut aus Nord çà et là en enregistrant ces morceaux - lesquels, logiquement, invoquent une sorte de Godflesh qui aurait subi un re-conditionnement dans les puits d'esclaves de Giedi Prime. Ou peuvent plus simplement être imaginés comme des sortes de fort avenants hybrides de tigre à dents de sabre, de courtilière, et de pelleteuse post-apocalyptique... ou une manière d'alcaloïde pensant très, très toxique et volatil, une plante-démon fabuleuse et avide, une forme de metal à la fois total, et redoutablement compact et affuté, tel le groupe de metalcore des ruelles que Starkweather est toujours resté, peu importent les changements drastiques qui ont frappé la physionomie desdites ruelles, d'une ville propulsée dans le futur puis la jungle d'après le futur, traversant avec sa vigueur de molosse intoxiqué au poppers tous les genres musicaux dont il s'est bâfré salement mais avec un goût plus sûr que quantités d'autres mieux mis de leur personne... Et je ne parle même pas d'Overmars, en fait.

Split Starkweather/Overmars en trois mots : gluant, corrosif, vaudou




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 1 commentaire pour ce disque