Slow End
Special Low Frequency Version
Doom dadoom dudoom...
Lord Vicar /  Griftegård

Artistes participants au disque

LORD VICAR Web
GRIFTEGÅRD

Avis des chroniqueurs

Derelictus
Note

Informations

Première édition
2011 (1 x 7in)
Label
Ván Records
Avec
Lord Vicar: Christus (chant), Jussi (basse), Milly (batterie), Peter (guitare).

Griftegård: Ola Blomqvist (guitare, paroles), Thomas Eriksson (chant), Per Broddesson (guitare), Jens Gustafsson (batterie), Thomas Jansson (basse).
Tracklist
Face A: Lord Vicar - Do You Believe?
Face B: Griftegård - A Deathbed for all Holy
 

Chroniques de splits et de compilations


Traditional doom Epic doom

Chronique par Derelictus, le 18 janvier 2015
(649 lectures)

Pour faire un bon titre de doom trad, il faut, à mon humble avis, deux éléments essentiels, à savoir de bons riffs et un bon chanteur. Je sais, c’est une exigence un peu rude, mais qui s’applique à tout le monde, même à certains dont on pourrait se dire que le curriculum vitae se justifierait à lui seul. En clair, au-delà du côté sympathique du bonhomme, j’ai toujours autant de mal avec le chant de Christian "Christus" Linderson et en plus, même s’il a fait partie de Reverend Bizarre, Kimi Kärki n’est pas non plus un guitar-hero. Qu’à cela ne tienne, l’on pouvait se dire que faire une reprise de The Cardigans, c’eût pu être une bonne idée, mais voilà, où est l’audace lorsque l’on se contente juste de ralentir la composition et de laisser traîner son riff principal, Là, j’en vois me rétorquer et me dire « c’est pas un peu ça le doom metal en fait? », « oui et non », répondrais-je comme tout bon normand. Sauf qu’il y a tellement de groupes qui ont été bien plus aventureux en faisant des reprises, je pense à The Lamp of Thoth par exemple, que pour le coup, cette face A me fait ni chaud, ni froid. Un chanteur excellent, des riffs entêtants comme jamais, un sens de la mélodie imparable: c’est tout ce qui qualifie ce fantastique groupe qu’est Griftegård, et je pèse ces mots. Même quand il accomplit un titre aussi convenu que celui présent ici, convenu dans le sens où il est très Candlemassien, il demeure au dessus du lot. En effet, Thomas Eriksson est toujours autant imprégné de cette conviction et de cette foi qui l’anime et qui le hante sur chacune de ses vocalises. D’autant qu’il n’en fait pas trop non plus, il y a de la retenue chez cet homme, tout comme chez ses acolytes, ce qui fait que l’on ne verse jamais dans le larmoyant à outrance, car, ici, c’est plutôt crosse à la main que l’on franchit les monts et les vaux. C’est là où l’on se rend compte du fossé existant entre ces deux formations nées durant la dernière décennie et, pour être franc, je n’écoute que la face B, la seule digne d’intérêt sur ce split.

Lord Vicar / Griftegård en trois mots : Suède, Finlande, 1-0




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque