Slow End
Special Low Frequency Version
Suis la fumée
Venowl / Highgate

Artistes participants au disque

HIGHGATE
VENOWL

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

Informations

Première édition
2014 (1 x K7)
Label
Tartarus Records
Avec
Venowl :
][
//
::

Highgate :
S. Kirst : basse
G. Brown : guitare, voix,
S. Porter : batterie
Tracklist
Venowl - Vacant Cellar
Highgate - Carved Into Winter
 

Chroniques de splits et de compilations


Drone doom Sludgecore Noise

Chronique par Krokodil, le 13 janvier 2015
(508 lectures)

Quelque part entre l'OVNI total et le très nul à chier. Forcément. Il est question d'Highgate, enfin pas seulement mais quand même. Un jour peut-être je parviendrai à me décider. Mais pour ce faire, faudra passer le cap difficile de l'après-dégradation, car oui je me sens dégradé. Diminué. Épuisé.
Ce split est celui de tous les superlatifs, de toutes les transgressions, de tous les écarts. Concours de qui c'est le plus ignominieux, qui c'est le plus névrosé, qui c'est qui va finir sa vie comme un cloporte dans une cellule capitonnée de 4m2. Et ainsi de suite... Disgracieux c'est même pas le mot. Car disgracieux, des centaines de disques le sont, et ils le sont très bien. Effet pervers oblige, on en viendrait presque à se dire qu'un bon disque se doit d'être disgracieux. Que faire des choses harmonieuses c'est trop facile, et que faire ces choses pas tout à fait naturelles c'est un truc de patron. HAHA. Ce split n'a même pas l'audace, ni la force, ni le besoin ni rien d'autre d'être disharmonieux, ni dissonant : il sonne comme un état de déficience mentale généralisé, le dernier stade de liquéfaction de la matière grise, le jam imaginaire dans la tête, entre démence et schizophrénie, un truc parfaitement non-sonnant, non-musical.
Peut-on aimer quelque chose de non-musical ? Celui en moi, secrètement amoureux d'IRM, Anenzephalia, Slogun, et tant d'autres atrocités prétendra que oui. L'autre plus sensible aux charmes de la belle Oh Land prétendra l'inverse. Bref, ce split est une impasse. Un monstre ridicule et hallucinant à la fois, dans lequel Venowl joue du Abruptum. Enfin, il faudrait davantage imaginer Abruptum jouant le Admiral Angry d'A Fire To Burn Down The World. Avec la participation cordiale de John Zorn ; et celle d'une truie que l'on égorge tranquillement (30 minutes c'est de la belle mise à mort bien sadique). Bref ça donne un truc inhumain. Et sur-gore. Quant à Highgate, et bien à ma grande surprise, ils jouent du early-Highgate (apparemment les titres interminables semblent leur réussir). Ça donne un truc pathétique. Boiteux. Souffreteux. Et absolument et génialement et fabuleusement inspiré dans sa détresse cafardeuse.
Ce split, c'est impossible de prendre le moindre plaisir à l'écouter - en tout cas la face concernant Venowl relève plus de la performance que d'autre chose - pourtant Highgate assure sa tête d'affiche et l'effet est là. Un trou béant dans la tête. Comme si un forêt de 17mm t'avait perforé le crâne, pile-poil dans l'oeil, plus habitué au passage des shoot de micropointe. Quelque part entre OVNI total et pas mal du tout, finalement. Dans tous les cas, ça donne juste envie de se plonger dans un bon bain d'acide chlorhydrique.

Venowl / Highgate en trois mots : mayday, mayday, mayday




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque