Slow End
Special Low Frequency Version
Pour le reste : gerbe
Hug Myself... All the Time

Avis des chroniqueurs

gulo gulo
Note

Informations

Première édition
2014 (1 x Cd)
Label
Autoproduction
Avec
Sina : Lungs+Axe+Volume
Kevn Hardicus : Low Tones
Kevin Swartz : Battery - morceaux 3,4,5,10
Chris Colebourn : Trap+Samples - morceaux 1,2,6,7,8,11,12,13
Magali Sanscartier : Gypsy Fiddle - morceaux 6,12
Billy Anderson : Doom Vox, 5th Beatle- morceaux 1,11
Tracklist
1. Lifer
2. Dead2U
3. In An Instant
4. Pale Horsemen
5. Scare My Friends
6. 'iz-my-ill
7. Dig My Own Grave
8. i-2-i
9. dayroom (sun.day)
10. Ode
11. mortl n.m.e.
12. SiNiCl
13. Smudge
 

BOTTOM (États-Unis)

Voir tous les articles pour BOTTOM


Sludgecore Grunge

Chronique par gulo gulo, le 06 septembre 2014
(449 lectures)

Vous ne vous posiez pas la question et la réponse n'émeuvra que notre vénérable Inziz et moi : elles existent toujours. Enfin, surtout Sina apparemment mais on dira "elles" par respect pour l'antiquité et la mythologie, et tant pis pour les nouveaux sbires testostéronés. Elles promotionnent vaguement le fait que, hey les jeunes, ne passez pas votre chemin, elles sont devenues plus fucking heavy, et à vue de souvenir comme ça sans vérifier, on a envie de dire que pas notablement, puis que c'est tant mieux au fait parce que c'est pas comme si elles en avaient eu le moindrement besoin, les sauvagesses.
Elles n'ont pas bien changé, non, c'est un fait. Toujours aussi nineties : dans leur son qui mêle avec le plus confondant naturel Chaos A.D, Bricks are Heavy et Badmotorfinger, dans le caractère changeant, maussade et traîtreux de leur humeur ombrageuse et ouverte à la fois, qui leur interdit toute monolitherie rigide ; dans leur singularité tout simplement, seules de leur espèce en vérité, frappée au sceau des époques fondatrices, donc interlopes et copulardes. Dans leur façon, aussi, non pas tant de préfigurer - parce que si cela avait une importance avérée Black Sabbath serait un bon groupe - aussi bien Undersmile que Grayceon, Jucifer ou SubRosa, mais de continuer au présent à leur faire la nique gentiment, avec leur ambiguïté à elles, leur animalité inimitable, leur géographie surnaturelle, entre sabbat indien, tapisseries médiévales et hardcore de bikers ; et de tracer leur course sans regarder derrière à travers ce wilderness.
S'il y a bien un truc récent qu'elles pourraient sembler avoir entendu, c'est le Neurosis tardif ; l'avoir incomparablement mieux compris et intégré que la majorité des sacs à viande testiculés et trop émotifs, sans y perdre de vue, ainsi qu'au bonneteau, l'esprit de l'âpreté originelle ; afin de tout comme Neurosis peut faire à la volée songer à des éclairs de Kylesa, se permettre d'emprunter çà et là à ses propres héritiers comme on pioche dans son propre génotype, après tout, et se le réapproprie. Un loup, cela sait pour sûr faire moins de tours et le faraud qu'un clébard. Ç'a une autre gueule, aussi.

Hug Myself... All the Time en trois mots : prédateur, féérique, généreux




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 6 commentaires pour ce disque