Slow End
Special Low Frequency Version
Toi, t'as une tronche à aimer le drone
Dawn of the Catalyst

Artistes participants au disque

MONARCH Web
GREY DATURAS Web

Avis des chroniqueurs

gulo gulo
Note

Informations

Première édition
2007 (1 x Cd)
Label
20 Buck Spin
Avec
Grey Daturas :
Robert McManus : guitare, batterie
Robert Mayson : basse, batterie
Bonnie Mercer : guitare

Monarch :
Emilie Bresson : voix
Shiran Kaïdine : guitare
Michell Bidegain : basse
Batteur : pas trouvé
Tracklist
1. Grey Daturas : Golden tusk the endearing
2. Monarch! : Rapture
 

Chroniques de splits et de compilations


Drone doom

Chronique par gulo gulo, le 19 juillet 2014
(668 lectures)

Grey Daturas, ici du moins (pas assez fou pour réécouter les autres disques), c'est un peu comme regarder un type se tailler les veines dans le mauvais sens. Il essaie ici, çà, là, il appuie diversement, certains endroits ça rend même mieux que d'autres ; mais jamais vraiment, rien de concluant, de fluide, chaque fois ça coule chiche, ça se tarit, ça stagne ; ni idées ni pétrole ne jaillissent ; à la fin ils essaient en désespoir de cause de s'abîmer directement dans le bruit qui froisse mais c'est déjà trop tard - eh ! ça fait douze minutes qu'on attend et qu'on a seulement tiqué sur un solitaire grincement de guitare - et d'ailleurs ce n'est toujours ni bien prolifique ni bien grisant, malgré un bel acharnement dans le gris.
Vous me direz, c'est peut-être un concept : l'aridité. Si vous préférez : je vous dirai donc que c'est chiant, et que ce sang en plus d'être rare n'a pas de goût.

Parce qu'en regard, question aridité Monarch! sont au diapason. Monarch! en face placent leur morceau que j'ai toujours trouvé le plus brutal ; le plus invertébré aussi à moins d'aller chercher dans la veine ambient ultérieure : ça n'est pas antinomique avec la brutalité directe et primaire. Au contraire ; un gros anaconda courtaud, ramassé, apathique. Un genre d'Otesanek assommé au rohypnol, une masse sanguinolente d'hostilité et de torpeur qui n'explose pas, mais fait grincer les os autour d'elle par le simple poids grondant et raclant de son souffle de molosse somnolent. Et la môme Bresson qui prouve, une nouvelle fois et une nouvelle fois pas tout à fait comme les autres fois, qu'on peut faire dans le plus pur registre horreur en culottes courtes sans jamais évoquer... puis on ne les citera pas, tiens, d'ailleurs.
Tout aussi cru et nu que Grey Daturas, voire davantage ; incomparable en goût.

Dawn of the Catalyst en trois mots : malin, et, demi




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque