Slow End
Special Low Frequency Version
Da frenchcosmic touch
Released from Love

Artistes participants au disque

THOU Web
THE BODY Web

Avis des chroniqueurs

gulo gulo
Note

Krokodil
Note

lucas
Note

Informations

Première édition
2014 (1 x )
Label
Vinyl Rites
Avec
Mitch Wells, Andy Gibbs, Matthew Thudium, Bryan Funck, Josh Nee, Chip King, Lee Buford
Tracklist
A1. The wheel weaves as the wheel wills
A2. Manifest alchemy
B1. In meetings hearts beat closer
B2. Coward (Vic Chesnutt)
 

Chroniques de splits et de compilations


Industriel

Chronique par gulo gulo, le 24 mai 2014
(593 lectures)

Ces deux-là étaient faits pour s'entendre, peu importe ce qui les oppose dans les formes et façons qu'ils adoptent ils sont du même sang, de la même humeur. Malade, souillée, foutue ; l'enfance irradiée.
C'est flagrant sur un morceau final qui au premier abord semble conduit par Thou - un peu comme le paraît tout le disque, d'ailleurs - et pourtant se trouve être tellement tout à fait le genre de reprise qu'aime exécuter The Body... The Body qui finalement se chargent tout naturellement ici d'occuper surtout le sol, ses décharges à ciel ouvert qui constituent la seule agglomération à perte de vue, ses soubassements putrescents, ses scories, ses graillons vitrifiés d'humanité, ses cendres poissées dans le sang noir et la merde calcinée - tandis que Thou, non moins logiquement, emplit à son aise, et comme sa fosse d'aisances, le ciel défunt douloureusement blanc, ses rayures huileuses, ses hurlantes traînées de fusées noirâtres au loin.
La chose produit l'émerveillement sourd et incrédule des évidences qu'on avait pas su voir avant d'en être béatement ébloui : bien mieux qu'avec le décorateur Haxan Cloak, The Body était fait pour s'accoupler à Thou, pour enfanter ce lapidaire et néanmoins traumatisant disque d'industriel de guerre du feu atomique ; moins téléphoné qu' I Shall Die Here, sournois, trompeur, ses miasmes rampant sous leur propre touffeur grevée de toxines furieuses et inertes, un nuage ferrugineux qui s'avance et s'étale juste sous la limite basse du champ de vision, mangeant les pieds de tout ce qui traîne et de tout ce qui tombe dans ses moutons de limaille en suspension.
Une suite logique - pour ne pas dire fatale - tant de Christs, Redeemers avec évidence, que de l’œuvre de Thou dans son inconcevable difformité.

Released from Love en trois mots : tragique, stérile, beau




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque