Slow End
Special Low Frequency Version
Bien au delà du temps prévu
Order Odonata Vol.1

Artistes participants au disque

THE INFINITY PROJECT
MAN WITH NO NAME
SLINKY WIZARD
HALLUCINOGEN
PRANA
TOTAL ECLIPSE

Avis des chroniqueurs

Rocky Turquoise
Note

Informations

Première édition
1994 (1 x Cd)
Label
Dragonfly records
Avec
Divers
Tracklist
Dynamix -The Rezistor
Arcturus - 1000 Planets
Total Eclipse - Aliens
The Infinity Project - Superbooster
Black Sun - Sourcerors Apprentice
Man With No Name - Sly-ed
Slinky Wizard - Wizard
Hallucinogen - LSD
Prana - Voyager III (Voodoo Remix)
Total Eclipse - Sound Is Solid
Ayahuasca - New Moon
Remarque
"After 2000 years of mediocrity and misinformation a new eon approaches....An underground worm of subsonic frequency guides us intuitively to the Sonic temples of Sound, deep within ourselves.

Each release on Dragonfly is a cabalistic map designed to navigate you through the lower and higher realms of what we would call reality.

In infinity there is no beginning nor end, only the fluid moment called now! It is our purpose to reveal sonic platforms of frequencial and numerical vibration. Sonic alchemy.

Technology that allows us access to the great secrets and mysteries constrained within the gates of time. We are one tribe marching to the end of eternity. "
 

Chroniques de splits et de compilations


Psytrance Goa

Chronique par Rocky Turquoise, le 03 avril 2014
(634 lectures)

Marrant, de raviver à sa mémoire qu'aux premières heures du succès d'estime - et dans une moindre mesure commercial - de la goa - on est au début/milieu des années 90 - c'est Martin "Youth" Glover qui s'en fait l'un des proto-prophètes avec son label Dragonfly, droit enfanté de Butterfly records. On retombe d'ailleurs tout autant sur nos pieds puisque la même 1994, sortait justement Pandemonium, le plus trance des Killing Joke, preuve au besoin que rien dans ce bas monde n'est innocent.

Sur le volume 1 des compiles Order Odonata (nom scientifique donné à l'ordre des libellules - cette obsession pour les insectes, décidément), ce qui est cool c'est qu'on retrouve à la fois une collection des pionniers et grand noms du genre (Hallucinogen, Man with No Name, The Infinity Project), mais qu'en plus on ratisse bien large, du plus organique (le polymorphe Hallucinogen justement) au plus stroboscopique (les opiniâtres Total Eclipse), avec toute une collection d'entre-deux qui se font les vitrines des boîtes à musique Roland (aaahhh, les TB-303 et TB-808), portes-étendards malgré eux d'une délirante passion qui transpire encore très fort le soubresaut corrosif et fluorescent des dancefloors acid house.

Après c'est sûr, à moins de vous mettre dans des conditions vraiment particulières, vous allez sans doute avoir un peu de mal à cheminer jusqu'au bout de cte bonne vieille compile, et surtout au vu des véritables disques des mecs qui sont là-dessus, paradoxalement nettement autrement plus accessibles à s'enfiler.
Mais n'empêche, quelle classe.

Order Odonata Vol.1 en trois mots : acide, étoilé, Rolandesque




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 11 commentaires pour ce disque