Slow End
Special Low Frequency Version
Bien au delà du temps prévu
Shaman's Owl / Seven Sisters Of Sleep

Artistes participants au disque

SEVEN SISTERS OF SLEEP Web
SHAMAN'S OWL

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

gulo gulo
Note

Informations

Première édition
2013 (1 x )
Label
Feast Of Tentacles
Avec
Shaman's Owl

Joe Grajeda : chant, batterie
Danny Baker : chant, basse, guitare
Ryan McAlary : guitare

Seven Sisters Of Sleep

Hugh Blake : basse
Brian Thomas : batterie
Eddie Bermudez : guitare
Brock Elmore : guitare
Tim McClary : chant
Tracklist
Shaman's Owl

A1. The Four Worlds
A2. Sacred Bird
A3. The Screaming Ridge

Seven Sisters Of Sleep

B1. Bastard Son
 

Chroniques de splits et de compilations


Traditional doom Sludgecore

Chronique par Krokodil, le 12 novembre 2013
(554 lectures)

L'exercice du split, plus spécifiquement sur un format aussi castrateur que le 10", qui de manière générale se prête mieux à l'épreuve du sprint, ne laisse que très peu d'espace et de flexibilité pour achever ce genre de bras de fer dans les règles de l'art ; si tant est qu'ils y en aient eu un jour. Fort heureusement il existe ces exceptions qui confirment la règle, dont voici l'une des plus criantes manifestations.
"Pari gagné" dirons-nous quant à l'audacieuse inversion des rapports durée/étiquettes, convertissant le doom en véritable machine rock (au fond un juste retour des choses) tout aussi lapidaire, velléitaire, fugitif, expéditif - et frustrant, nécessairement vu la qualité notable de la came - et faisant du sludgecore (celui des SSOS n'est pas réputé pour faire dans la finesse ou le tactique) assez surprenant d'acharnement et - accrochez-vous - de temporisation.
Ainsi donc, lorsque les deux formations issues du prématurément défunt The Arm And Sword Of A Bastard God se retrouvent pour l'orgie dominicale - avouez que le blase fait tourner de l'oeil, au moins rien qu'un peu - on est assuré de prendre sa petite déculottée, de finir embroché et incendié sur la place publique, en tout bien tout honneur, sans avoir à se demander lequel des finalistes remporte le duel ; car s'il est bien un paramètre invariable dans l'objet de notre attention, c'est que d'un côté comme de l'autre on déguste copieusement.
Et donc pour faire dans les formalités, il y a d'une part Shaman's Owl, à priori inconnus au bataillon, pratiquants d'un doom nécromancien, évasif, patibulaire, ronronnant et toxique comme Warhorse ou The Wounded Kings - ce qui sur le papier fait assez mal au cul, faut le reconnaitre - même si un poil plus rudimentaire et rentre-dedans que ces derniers dans l'épandage de son vice concentré - format oblige - et dont le goût délicat n'est pas sans rappeler celui de l'asphalte brûlant du Mojave ; et de l'autre, on ne présente plus les désormais connus et reconnus trisomiques de Seven Sisters Of Sleep, gonflés à bloc, d'ailleurs gonflés tout court, et tout particulièrement sur la fin d'une prestation qui laisse sur le carreau, avec sa blitzkrieg black-hardcore, aiguisant l'appétit avec une barbarie toute naturelle et pour le moins bluffante. En somme, vous en conviendrez je l'espère, le genre de split sans fioritures, qui s'écoute en boucle sans obstacle.

Shaman's Owl / Seven Sisters Of Sleep en trois mots : adhésif, fuligineux, païen




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Aucun commentaire actuellement pour ce disque