Slow End
Special Low Frequency Version
Ralentir est la solution
Psychurgy

Avis des chroniqueurs

Krokodil
Note

gulo gulo
Note

Informations

Première édition
2013 (1 x Cd)
Label
Candlelight Records
Avec
Stéphane Azam (guitare, chant, machines)
Pascal Guth (guitare)
Tracklist
1. Psychokinesy I
2. Abyss
3. Blood Runs
4. Empress : Hierophant
5. Serpent And Fire
6. Psychokinesy II
7. Telepath
8. We Will Crush The Open Sky
9. Psychurgy
10. Alpha : Omega
Remarque
Featuring de Frederyk Rotter de Zatokrev sur les titres Psychurgy et Alpha : Omega
 

CROWN (France)

Voir tous les articles pour CROWN


Post hardcore Industriel New wave

Chronique par Krokodil, le 02 mars 2013
(592 lectures)

Très franchement ? Inutile de tourner autour du pot. Cet objet-là mon bonhomme, c'est celui qui catapulte ad vitam aeternam Crown aux côtés des plus dignes, des plus beaux Colosses; de ceux - souverains et bienveillants, dont les machines jadis rugissantes ont cessé de répandre leurs huiles viciées pour ne laisser s'exprimer que l'immatériel pur; celui mental et orageux se catalysant secrètement au-dessus de ta gueule, comme une masse en fission, à priori incommensurable (du moins quelque part entre atomique et cosmique), susceptible de s'effondrer sur elle-même et de te pulvériser avec à chaque instant.
Corps spectral mouvant, ou plutôt mouvances dudit spectre, Psychurgy vient effleurer d'un souffle pudique et chaleureux les Brighter Than A Thousand Suns, Democracy, Hybreed, Tellurique, Cosmosophy, 100th Window, sans parler du Neurosis de l'après-Résurrection (après-The Eye Of Every Storm, donc, pour éviter toute ambiguïté); autant dire quelques pièces dont il est parfaitement impossible (et absurde) de déterminer la nature tant elle est génétiquement abstraite, instable et fluctuante. Ainsi le voilà à onduler entre new-wave métallurgique, post-hardcore dématérialisé jusqu'à la nudité - voire jusqu'à la lividité - doom-funeral-industriel ponctué de pulsations technoïdes accablantes et de guitares aussi martiales qu'endeuillées, trip-hop sacré aux allures de refuge pour âmes errantes, et j'en passe... Un disque accouché dans la douleur, cela va sans dire, mais surtout un disque époustouflant de réserve et d'humilité, comme conscient de la fragilité de sa condition, puisant alors les ressources nécessaires à sa sauvegarde avec une rigueur et une discipline monacale, alimentant mécanismes et pistons avec sa tripaille et son propre sang, et qui, derrière ses machines titanesques et gourmandes, révèle quelque chose de bien plus périssable : l'Homme dans ce qu'il peut avoir de plus viscéralement acharné, en fait, sa principale et primordiale résistance, ce qui le maintient à la surface; sa raison d'être.

Psychurgy en trois mots : labyrinthique, intimiste, terrassant




Facebook 

Commentaires des lecteurs pour ce disque

Il y a 3 commentaires pour ce disque